AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur FOS
Pensez à voter régulièrement pour les Top-Sites par ICI qu'on attire encore plus de membres
Merci d'essayer privilégier les groupes "The Fame" et "Look What You Made Me Do" qui sont délaissés si possible
Rejoignez-nous sur le discord de FOS par ICI
La chasse à la citrouille est toujours d'actualité sur le forum 21 citrouilles à trouver avec à la clé un rang personnalisé

Partagez | 
 

 across the legacy. ⊹ (paris)

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Mars
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 03/07/2018
★ Interviews : 626
★ Shooting :

★ Age : 33
★ Date de naissance : 08/10/1985
★ Situation amoureuse : Célibataire. rupture cuisante, tords qu'il pense partagés ...

MessageSujet: across the legacy. ⊹ (paris) Dim 29 Juil - 5:56


Across the Legacy


Paris & Bruno


This one's for you and me, living out our dreams. We're all right where we should be. Lift my arms out wide  I open my eyes  And now all I wannna see Is a sky full of lighters, a sky full of lighters.

Mon coeur bat d'un rythme plus ou moins furieux alors qu'il n'y a aucun autre bruit que celle de la bande instrumentale se faisant roi dans l'atmosphère de ce studio d'enregistrement personnel ô combien des plus sacrés et des plus prisés de la toile de la musique. C'est encore tout frais dans ma tête et ça l'est encore incroyable. Je n'ai sans doute pas encore réalisé que je parle, travaille et discute musique et collaboration avec l'une des membres du clan sans conteste le plus célèbre du monde. Cette femme, si connue, si grande de par sa carrière et sa notoriété, porte attention a mon travail et je tente tant bien que mal d'essayer de deviner ses ressentis. Elle semble apprécier, du peu que je peux deviner avec ses hochements de tête au rythme de la bande qui passe. Aucun moyen réel de savoir si c'est par pure politesse ou si cela lui inspire réellement quelque chose. Je n'arrive pas vraiment à savoir et le pire c'est que je dois attendre la fin du morceau ne serait-ce que pour demander quoi que ce soit. C'est comme un maître mot pour moi et pour quelques artistes. On laisse la musique parler et seulement après, on parle. Comme une tradition personnelle que je ne rompais jamais, mais que je donnerais bien fort en cet instant. Les secondes passent, les notes aussi, et finalement, je vois le sourire de cette grande dame s'illuminer de bienveillance avant qu'elle ne se lève enfin et entonnant les mots suivants : « ce morceau me plaît beaucoup, t'as vraiment un don, petit ! » Et là, c'est comme si la meilleure des nouvelles faisaient écho à mon âme, me fait gonfler ma fierté alors que je ne peux m'empêcher de la remercier avec cet immense bonheur ne serait-ce que d'avoir qu'un peu de crédit pour cette artiste qui n'a décidément plus rien à prouver. Et cela ne peut être qu'un honneur d'être l'un des précurseurs, je l'espère, du retour en scène de la célébrissime Janet Jackson.

Sincèrement, j'ai l'impression de vivre un rêve éveillé. Une vision promise alors qu'au fond, tout va au plus mal dans ma vie amoureuse faisant partie intégrante de moi, de mon inspiration. Cette opportunité tout juste énorme qui m'est donnée comme un contrepoids à la douleur que je traverse. Je me suis plongé dans le travail pour atteindre un certain niveau de qualité et j'espérais de tout mon coeur que cela allait plaire au mythique clan Jackson, assez pour pouvoir mettre mon nom ou celui des Smeezingtons sur un nouvel album de renom. Rien ne me ferait plus plaisir que cette belle victoire qui me prouverait que je n'ai pas tout perdu. Je profite à fond de chaque instant, de chaque note, de chaque conseil que Janet pourrait m'apporter. Je suis dans l'antre du maître et je n'ai rien d'autre à faire que de travailler, et d'apprendre en même temps. Et je n'en suis que trop bien conscient que d'autres interprètes donneraient bien cher pour être à ma place.

Mais l'heure tourne. Cela fait un bien long moment que nous tenons notre concentration et que les esprits se perdent un peu. Janet commence un peu à perdre sa patience alors que nous ne travaillons que dans une bonne cordialité depuis les débuts de cette collaboration. Les idées s'amenuisent, la discussion aussi alors le mieux, c'est de stopper l'atelier créatif quelques temps, pour ne pas forcer et risquer de produre ce qui serait de mauvaises choses pour ce morceau. Alors, la chanteuse décide de prendre congé un instant de son studio alors que cette entrevue ne me laisse pas d'autre envie que de jouer quelques notes, juste pour laisser parler ma joie d'être dans une situation aussi onirique. Peu à peu, Janet s'efface et je ne me gêne pas pour aller rejoindre ma guitare sèche que j'avais posée à côté des autres instruments. Si cela était vrai que je n'avais d'yeux que pour l'électrique depuis quelques années, cette bonne vieille gratte me laissait aussi tout le loisir de renouer un peu avec quelques airs de mes jeunes années d'artistes. J'en viens alors à la saisir contre moi, me laissant aller sur l'une des chaises avant de glisser quelques notes. Un Ré, un Mi grave, puis un Sol et voilà qu'inconsciemment, je me mets à jouer les notes de la mythique « Rock With You », création de Michael, qui manque cruellement en ce monde ainsi qu'à la musique. Je me perds quelques instants, en transe de la beauté des notes jusqu'à ce que des pas s'approchant de moi m'arrêtent net dans mon élan. Et alors qu'elle s'approche, je ne peux rien dire d'autre, penser à autre chose que de la reconnaître. Alors que ma guitare glisse sur mes jambes en la tenant quand même d'une main fébrile, je me lève alors pour saluer celle qui n'était d'autre que l'unique fille de Michael Jackson : « Hey ... Bonjour Paris. » Commençais-je alors, avec un sourire nerveux sur les lèvres. Si on m'avait dit il y a quelques années que j'allais faire la rencontre de cette si puissante famille, j'aurais plutôt cru à une vraie chimère ou un coup de chance plus ou moins incroyable.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 25/07/2018
★ Interviews : 1127
★ Shooting :

★ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: across the legacy. ⊹ (paris) Dim 29 Juil - 21:16


Across the legacy


Aujourd’hui est un drôle de jour. Drôle, mais pas dans le sens propre du terme. Disons plutôt que c’est un jour auquel je n’aurais pas, voire jamais, soupçonné l'existence ! Je m’explique : une de mes tantes, Janet, à décider de faire une collaboration avec un artiste qui a un nom dont personne n'ignore l'existence, et qui d’ailleurs est souvent relié avec le nom de mon père, Michael Jackson. Vous l’aurez deviné, il s’agit bien de Bruno Mars ! Je ne sais pas comment est né cette collaboration, je ne sais pas non plus de qui est-ce que cela a pu partir, ni même comment et pourquoi, mais… C’est un fait. Ma tante me la confirmée elle-même, ce n'est donc pas une rumeur qui aurait naquit par un paparazzi qui voudrait vendre un peu plus de papier que prévu. Non, c’est une rumeur fonder, mais qui reste tout de même sous le titre de « rumeur » n’ayant été que très peu confirmer que ce soit par l’un ou l’autre et quant à moi… Ça ne me regarde pas vraiment.

Face à la nouvelle… Je n’ai pas su réellement comment réagir. Ma tante était une grande artiste, elle avait grandi sous la même tutelle que mon père et elle savait comment marchait le milieu. Elle avait même collaboré plusieurs fois avec mon père et je pense qu’elle savait ce qu’elle faisait. Mais… Est-ce qu’elle avait le même flair que mon père ? Ça je n’en savais rien, mais je savais que mon père m’avait toujours dit, à mes frères et moi, de faire attention à ce que veulent les personnes qui s’approchent d’une famille comme la nôtre. Que nous sommes jamais à l’abri qu’ils nous approchent uniquement pour notre nom tout simplement. Après tout… Ma famille à souvent, trop souvent même, défrayer la chronique et puis elle est là depuis tellement longtemps maintenant, dans le show-business, qu’on ne savait jamais. Alors ne sachant pas sur quel pied danser j’ai tout simplement décidé d’aller moi-même rencontrer ce Bruno Mars dont je ne connaissais que les titres, que j'aimais beaucoup par ailleurs, et le nom !

C’est comme ça que je me retrouve à attendre dans le couloir du studio d’enregistrement personnel de la famille. J’attends puisque je sais que ma tante est en train de travailler avec lui et je ne suis pas du genre à déranger et puis je suis intriguée aussi ! Mais aucun son ne parvient jusqu’à mes oreilles... Je prends donc mon mal en patience et en attendant je pars plus loin m’occuper comme je peux et manger aussi un peu.

C’est au bout de longues heures que je vois le bout du nez de ma tante pointée. Elle semble épuisée, comme si elle avait couru un marathon et final la création, lorsqu’elle est présente et intense, ça prend tellement au ventre que ça donne le même effet. Je le sais pour avoir vu mon père être dans le même état. Elle me remarque à peine puisqu’elle part décompresser surement dans sa chambre ou quelque chose comme ça. C’est alors que je me demande si… Bruno est toujours-là. Au final… Je ne sais rien de lui et ça m’intrigue. Il va être lié à ma famille maintenant, à ma tante et… J’ai un instinct de vouloir protéger ma famille alors… Je veux en savoir plus ! Je veux en savoir plus sur celui que l’on appelle « le digne hérité de Michael Jackson », musicalement parlant bien sur. Je veux me faire ma propre idée en réalité.


Réfléchissant rapidement je saisit finalement une bouteille d’eau et redescend vers le studio. Je marche tranquillement lorsque quelques notes parviennent à mes oreilles. Je n’ai aucun mal à reconnaître une musique de mon père. Je connais toutes les mélodies de mon père et celle-ci est vraiment bien jouer… Ce qui m’intrigue un peu plus. J’entre alors dans le studio et la mélodie se stoppe. Je me sens soudainement… Timide et presque idiote d’être ici. Je me retrouve planté là… Devant une star mondialement connue… À ne pas savoir quoi dire. À l’instant T je ne suis pas une Jackson, je ne suis pas la fille du King Of Pop, non… Je suis simplement une fille devant une star… Il se lève et me salut et je relève mes yeux clairs vers lui avec une légère teinte de rose sur les joues suite à la nervosité que je ressens.

-Bonjour je… J’ai pensé que tu aurais peut-être… Soif depuis tout ce… Temps…

Tendant la bouteille précipitamment je manque de la lâcher. Je la rattrape de justesse et je ferme un instant les yeux, me traitant mentalement de quelques noms peu glorieux.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Mars
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 03/07/2018
★ Interviews : 626
★ Shooting :

★ Age : 33
★ Date de naissance : 08/10/1985
★ Situation amoureuse : Célibataire. rupture cuisante, tords qu'il pense partagés ...

MessageSujet: Re: across the legacy. ⊹ (paris) Lun 30 Juil - 3:28


Across the Legacy


Paris & Bruno


This one's for you and me, living out our dreams. We're all right where we should be. Lift my arms out wide  I open my eyes  And now all I wannna see Is a sky full of lighters, a sky full of lighters.

De grands yeux bleus s'approchent de moi et doucement, je me retrouve tout bonnement captivé par cette apparition faisant son entrée dans ce studio. Celle qui est l'une des progénitures du regretté Michael. Cette jeune femme effilée, dont j'avais le souvenir à l'époque de cette pauvre petite demoiselle, brisée à la mort de son père. Je me rappelle encore à quel point on avait tous été touchés par la disparition du Roi de la Pop, moi le premier ainsi que mon groupe. On a mis plusieurs jours même à s'en remettre, au même titre que les autres fans et sans doute beaucoup moins de temps que la demoiselle qui s'approche de moi. Et je me rends compte que cela fait presque dix ans. Paris Jackson a grandi mais aussi bien changée. La petite puce a poussée pour devenir cette jeune demoiselle qui n'est décidément plus l'ombre de son père depuis ces derniers temps. Je ne l'ai pourtant pas forcément suivie dans sa carrière, malgré tout le respect que je porte au clan Jackson, mais c'est sans conteste que je reste bouche bée devant cette transformation. L'enfant n'est plus. Devenue femme, même plus grande encore que ma petite carrure. Je lève légèrement la tête alors que même debout pour l'accueillir, je ne fais toujours pas la différence. Progressivement, je perd toute ma contenance à être sûr de moi alors que la jeune femme semble elle aussi avoir du mal à faire un premier pas vers moi.

Je fais face à l'unique fille de Michael Jackson. Cela pourrait être clairement évident parce que je me trouve dans la maison familiale mais il n'empêche que je suis réellement surpris qu'elle soit présente. Bien qu'elle en ait tous les droits, je m'attendais à ne voir aucun autre membre du clan vu qu'ils devaient tous avoir leur agenda correctement rempli. Voilà que je me trompe naïvement, Paris me faisant clairement mentir. Mais je ne peux, qu'encore une fois, me sentir honoré de sa présence et je ne sais d'ailleurs par quelle force divine j'ai réussi à ouvrir la bouche pour la saluer tellement son regard me captive. Tout son être, simplement, d'être la fille dans des sans doute plus grand musical de tous les temps. Je me râcle quelque peu la gorge alors qu'elle semble chercher ses mots pour me saluer et je suis tout de même surpris de voir cette légère teinte de rose sur ses joues ainsi que les éclats timides dans le saphir de son regard. Elle en impose tellement plus de par sa taille, en cet instant, que la situation me semble clairement surréaliste, malgré tout. Elle me parle, d'une voix pas forcément très claire, s'étranglant un peu à quelques mots d'intervalle, ce qui n'est pas non plus pour sentir un peu plus à l'aise. Je ne suis que Peter Hernandez, ou plus populairement, Bruno Mars, alors qu'elle porte un Empire juste de par son nom. Elle me tendit alors une bouteille d'eau, que je devine un instant avec une reconnaissance se liant aux traits de mon visage, mais je finis par réagir tout aussi vite qu'elle alors qu'elle glisse de ses mains. Je la rattrape, dans un élan d'adrénaline, et on évite d'ailleurs tous les deux que la bouteille ne se retrouve sur le sol. « C'est bon, je la tiens ... » Tentais-je alors de la rassurer, alors que son attention est tout bonnement adorable. Je ne me rends pas compte d'ailleurs que nos phalanges se sont presque nouées entre elles dans l'impact. Finalement, je finis par saisir correctement la bouteille, ne cessant pas de regarder Paris, et me caressant plus d'instinct qu'autre chose l'arrière de ma nuque, plutôt touché par ce geste. « C'est vraiment gentil de ta part Paris. J'apprécie, c'est vrai qu'on ne se rend pas de trop compte de la notion du temps quand on est entre ces murs ... Et qu'on a besoin de s'hydrater, aussi. » Me montrant poli, j'ouvre la bouteille pour en prendre une longue gorgée. Le liquide est bien frais, et j'en soupire de satiété, c'est toujours très agréable. Comme cette apparition divine qui lui tient si gentiment compagnie. « Je ne savais pas que tu étais ici ... Enfin, je pensais être seul avec l'équipe de Janet pour la journée et ... Décidément, tu es là. » Bravo, mon sens de la déduction est clairement à toute épreuve mais sa petite gêne transparaît sur moi de telle manière que je fais la conversation un peu n'importe comment tout d'un coup. « Enfin, ce que je veux dire c'est ... » Réfléchis, Peter, et te fais pas passer pour un con. « Je suis ravi d'enfin te rencontrer, d'avoir le plaisir de te parler. » Avais-je lancé alors plus simplement que je ne me l'imaginais. Peu de personnes devaient rechigner, d'ailleurs, de faire cette rencontre à un moment plus ou moins joyeux de leur existence. Et il est certain que ce n'est pas mon cas, il n'y avait qu'à voir ce sourire presque un peu trop grand pour être vrai pour témoigner de cette félicité que j'éprouve de croiser enfin sa route.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 25/07/2018
★ Interviews : 1127
★ Shooting :

★ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: across the legacy. ⊹ (paris) Lun 30 Juil - 17:31


Across the legacy


Je pense que la discrétion n’est pas réellement pour moi. Ce n’est pas comme si je portais des talons qui faisaient du bruit ! Bien au contraire, j’ai des chaussures tout ce qu’il y a de plus simple au pied, mais disons que, parfois, je suis un peu comme un éléphant au milieu d’un magasin de porcelaine. Je ne suis pas tant discrète, et ceux, même si je ne le voudrais ou que se soient préférable de temps en temps. D’ailleurs ce trait de mon caractère et de ma personnalité amuse beaucoup mes frères ! Mon père, lui, trouvait ça adorable et moi… Parfois je ne sais simplement pas si je dois en rire ou en pleurer. Tout ça pour dire que je me fais rapidement repérer par l’homme qui est encore dans le studio au moment où j’entre dans celui-ci.

C’est là que je me sens totalement… Désarmée. Ça y est, j’y suis. Je suis face à l’homme qui m’intriguait tant, mais… Je ne sais plus quoi faire. Je me sens bien idiote de me planter-là devant une star montante et, sans aucun doute, ayant déjà montré au monde qu’il comptait bien garder sa place et ne pas être qu’un chanteur de passage. Il se trouve être légèrement plus petit que moi, mais… Il n’a pas besoin de faire deux têtes de plus que moi pour que je me sente tout de même intimidée. Après tout… Mon père nous à toujours élevé comme n’importe quel parent le ferait. Nous n’avions pas de privilège parce que nous étions ses enfants ou quoique se soit. D’ailleurs… Ce n’est que très tard que Prince et moi on a compris à quel point notre père n’était peut-être pas tant un père comme les autres.

Alors comme l’éléphant dans un magasin de porcelaine que je peux être, je manque d’échapper la bouteille au sol en voulant la lui tendre. Heureusement pour elle, et un peu pour nous, Bruno et moi avons le même réflexe et on rattrape in extremis cette dernière, réalisant que nos mains sont presque liées ensemble par ce geste « héroïque ». Premier « vrai » contacte entre lui et moi et je tente de ne pas en être plus timide que je ne le suis déjà.

-Désolée… !

Me mordant légèrement la lèvre inférieure de gêne, ce petit accident n’a rien fait pour diminuer le rouge sur mes joues. Disons que je n’aurais pas besoin de blush à l’instant précis, elles sont vraiment rosées à présent et de façon la plus naturelle qui soit ! Il me remercie alors avant de boire de l’eau. Je regarde autour de moi pour finir par m’appuyer un peu contre un des tabourets disponible dans le studio, essayant de me donner un peu plus de contenance dont je manque cruellement à cet instant précis ! Je le regarde alors et parviens tout de même à lui sourire de façon la plus sincère possible.

-Mon père oubliait souvent aussi. Lorsqu’il était dans son studio il pouvait vraiment… Vraiiiiment y rester des heures !

Est-ce que j’en avais voulu à mon père de rester enfermées des heures dans son studio ? Bien sur que non, on ne le sentait pas. Il le faisait principalement lorsque mes frères et moi étions à nos heures d’école à la maison et puis… C’était son travail ! On comprenait. Je sors de ma bulle de souvenir en l’entendant et je ne retiens pas un petit rire. Pas un rire moqueur, non… C’est un de ces rires qui vous permette aussi de relâcher un peu de pression. Parce qu’il semblait tout aussi gêné que moi au final et… Certainement que d’un œil extérieur nous avions l’air malins.

-Oui en réalité… Lorsque j’ai su que c’était aujourd’hui que tu venais, j’ai voulu venir pour écoutez moi aussi, mais je n’ai malheureusement rien entendu !

Je fais une petite moue triste, un très cours instant avant de reprendre une mine tout à fait normal. Ce n’est pas tout à fait vrai, ce n’est pas tout à fait faux. Mais je ne me vois pas lui dire que je suis venue ici uniquement pour lui et pour assouvir ma curiosité. Cependant je ne cache pas ma surprise à la suite de sa phrase. Je ne suis… Que Paris Jackson, certes... J’ai le nom de « Jackson » et mon père était « Michael Jackson », mais à côté de lui… Je n’ai rien fait. Lui a surement travaillé pour être connu, moi je suis simplement née dans la bonne famille.

-Moi ? Vraiment ?

Je me montre du doigt et je pense que la surprise peut s’entendre dans ma voix. Me reprenant cependant rapidement je finis par lui sourire à nouveau. Son sourire est si sincère qu’il me donne simplement envie de sourire aussi.

-Je suis contente de pouvoir te rencontrer aussi, j’ai vraiment beaucoup entendu parler de toi !

Glissant mon regard clair dans le studio, je finis par reposer mon regard sur lui, Bruno Mars, je suis face à Bruno Mars et… Je reste simplement silencieuse. Combien de filles rêveraient d’être à ma place ?! N’ayant aucune envie de paraître ennuyante, je dis la première chose qui me passe par la tête.

-L’enregistrement c’est bien passé ? J’ai vu ma tante qui semblait un peu fatiguée !
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Mars
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 03/07/2018
★ Interviews : 626
★ Shooting :

★ Age : 33
★ Date de naissance : 08/10/1985
★ Situation amoureuse : Célibataire. rupture cuisante, tords qu'il pense partagés ...

MessageSujet: Re: across the legacy. ⊹ (paris) Ven 10 Aoû - 13:02


Across the Legacy


Paris & Bruno


This one's for you and me, living out our dreams. We're all right where we should be. Lift my arms out wide  I open my eyes  And now all I wannna see Is a sky full of lighters, a sky full of lighters.

Bien que cela fait quelques années que j'ai pris ma place dans ce milieu de célébrité, que je me suis ouvert la voie royale de la musique à coups de talent et parfois de chance, il n'en reste que même en ayant pris de l'aisance, en m'étant fait un nom auprès de grands artistes, je me retrouve parfois bien petit dans des sphères considérées comme un rêve pour de jeunes artistes. Et c'est tellement le cas aujourd'hui, sans ce lieu où pas mal de chanteurs auraient sans doute tué pour être à ma place. J'avais pu découvrir en quelques instants l'immensité du manoir familial des Jackson, et qu'avec ma carrière pourtant bien en place, je n'en menais pas large. J'avais eu l'opportunité de travailler avec la très talentueuse Janet et là, la magie continue en ayant face à moi l'une des progénitures de Michael, la jeune Paris. Et je ne peux rien faire d'autre que d'apprécier ce moment privilégié qui m'est accordé. Un cadeau du destin qui me prouve encore que mon travail et mon talent ne sont pas appréciés pour rien. Je me sens tellement chanceux, que j'avoue avoir bien du mal à garder les pieds sur terre en cet instant. Sans aucun doute que si je me retenais pas, je ferais des cabrioles de joie tellement j'en étais pas peu fier d'en être arrivé jusque là. Mais je ne le fais pas, je ne peux que rester plus ou moins sérieux alors que la jeune Jackson me fait l'honneur de sa compagnie.

Et la magie continue à s'instaurer alors que je m'autorise à la détailler quelques instants, avec politesse bien sûr, comme pour me confirmer qu'elle n'était pas un mirage et que je ne parle pas tout seul comme un idiot. Et je pouvais paraître clairement con, d'ailleurs, parce que je n'avais pas non plus quitté la pièce pour me chercher une bouteille d'eau. J'en tremble presque légèrement, non pas sous la panique, mais ayant cette impression bizarre de ne plus pouvoir être moi, juste parce qu'elle était là. Comme si elle en imposait alors que, dans ses premières paroles, Paris ne voulait rien d'autre que de se montrer gentille et serviable envers moi. Cela en est tellement tout à son honneur d'ailleurs que ce simple geste n'en finit pas d'accroître d'une valeur certaine, sans qu'elle ne s'en rende compte. Paris, elle paraît si grande, si souriante et pourtant si fragile, j'avoue que l'image qui m'était restée d'elle était encore de cette petite fille au Staples Center pleurant la mort de son père et, des années plus tard, m'apparaissant bien changée comme l'effet d'une claque me rappelant que j'étais bien un trentenaire confirmé. Un coup de vieux qui me rembrunit un peu, bien que ce ne soit pas de la faute de la demoiselle, mais bien évidemment du temps qui passe.

Néanmoins, cela ne m'empêche en aucun cas d'être sincère et de montrer ma politesse naturelle et sincère envers une femme. Je ne manque pas de me montrer ouvert mais aussi indulgent par rapport à sa maladresse que j'ai eu le réflexe de rattraper. La jeune femme semble s'en vouloir mais je lui montre aussi grâce à mon sourire qu'elle n'avait pas à se gêner pour cela. Elle s'excuse encore alors que je lui fis signe d'un bref signe de main que cela était déjà oublié. Je profite d'ailleurs du fait qu'elle se retourne quelques instants pour poser ma guitare afin de ne pas m'engourdir le bras et d'être libre de mes mouvements, et ce même si elle n'était pas bien lourde. Et puis, elle reprend la parole, Paris, évoquant alors le fait que son père, aussi, oubliait le temps qui passait lorsqu'il travaillant, bulle en tête dans son studio d'enregistrement. A la simple évocation de Michael, je ne pus que baisser le regard, instinctivement, en signe de respect pour cet artiste qui m'inspire toujours aujourd'hui, même au delà de son décès. Mais ne sachant que répondre, je ne peux que noter à quel point le tendresse s'entendait alors qu'elle me parlait de lui. Michael semblant toujours faire partie d'elle, en tant que père, dans sa vie quotidienne. Mais quoi de plus normal pour un enfant aussi ? Quand bien même, elle restait touchante et me rappelait que trop bien ma propre relation avec mon paternel qui était tout aussi étroite. Je relève alors mes yeux bruns vers Paris alors qu'elle continue sur sa lancée, me confessant alors qu'elle était bien là pour moi, ce qui me happa bien évidemment de surprise car elle voulait nous entendre travailler, Janet et moi. Je reste un instant quelque peu pantois avant de secouer légèrement la tête pour reprendre mes esprits. Sincèrement touché, mon regard se fait alors un peu plus tendre, tant j'en suis reconnaissant : « Je ne sais pas si Janet serait d'accord que je te fasse écouter les notes d'un travail non encore fini mais ... Si tu le souhaites, rien ne t'empêche de me mettre au défi de mettre ma patte sur une chanson qui te tient particulièrement à cœur et que je la joue pour toi en guise de compensation. » Après tout, je suis un interprète tout autant que je suis chanteur et musicien. Par inspiration, j'ai déjà repris Dirty Diana à mes débuts mais aussi bien d'autres chansons en dehors du registre de Michael. Et Paris a l'air si gentille en cet instant que je ressentais l'envie de lui faire plaisir, au même titre que je le ferai sans hésitation aucune pour une autre fan. « Bien sûr que je parle de toi. Et pourquoi pas ? » Si bien évidemment, elle n'était pas forcément son père en matière de personne, et que sa carrière était encore toute jeune, ce n'était pas pour autant qu'elle en valait moins à mes yeux, étant convaincu qu'avec le temps et son travail, elle pourrait se faire son propre nom, si bien sûr était là son objectif. « Ah oui .. ? » Ne voulant pas paraître trop insistant pour savoir si c'était en bien ou en mal, je fais au moins le signe d'avoir relevé, me doutant bien que si elle avait eu de mauvais échos, elle ne se serait pas présentée à moi aussi facilement. « Oui, oui, l'enregistrement s'est plutôt bien passé. A vrai dire, dès qu'on me met un peu de musique dans les oreilles et dès que je me mets au boulot, je suis dans une sorte de bulle et je me fais plus plaisir que de faire réellement l'effort du travail. Et Janet a l'air d'avoir apprécié cela d'ailleurs, si je ne me fourvoie pas... » Et puis, me rendant compte que nous étions tous les deux debout, je finis par me poser sur mon siège de base en approchant un autre vers moi, faisant un signe de tête pour que la jeune Paris vienne s’asseoir à côté de moi. Non pas pour me faire rendre compte qu'elle était bien plus grande que moi malgré son plus jeune âge (ou peut-être que si ..?) mais en tout cas, que l'on soit plus à l'aise l'un comme l'autre pour échanger quelques mots.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 25/07/2018
★ Interviews : 1127
★ Shooting :

★ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: across the legacy. ⊹ (paris) Mer 15 Aoû - 14:51


Across the legacy


Qui ne connaît pas Bruno Mars ? Je pense qu’il faut avoir vécu très longtemps dans une grotte pour ne pas connaître la personne qui travaille de pair avec ma tante Janet en ce moment. Il est depuis un petit moment déjà sous les feux de la rampe et c’est à juste titre. De toutes les façons ma tante n’aurait jamais travaillé avec quelqu’un qu’elle ne penserait pas méritant de le faire et/ou à sa hauteur ! Dans ma famille, seul le travail compte et c’est quelque chose pour lequel mon grand-père c’est toujours battu : le travail encore et encore pour atteindre la perfection, être les meilleurs tout simplement. Je sais qu’il a été dur avec mon père et mes oncles lorsqu’ils étaient plus jeunes, mais… Les médias ont beau dire, beau renforcer le monstre qu’il était soi-disant, et ce autant qu’ils le veulent, sans mon grand-père le nom des Jackson n’aurait jamais brillé.

Et moi aujourd’hui ? Même si je suis une Jackson, même si je fais partie de cette grande famille de la musique, que je suis la fille même de Michael Jackson, je me sens d’une timidité et d’une maladresse sans nom à l’égard de la star face à moi. Je me sens presque idiote au final d’être venue lui apporter une simple bouteille d'eau. Parce qu’il avait peut-être juste besoin d’être tranquille, comme ma tante en ce moment même ou alors de se retrouver avec lui-même quelques instants ou même de dormir après une séance aussi longue. Une chose est sur, c’est que quoique je pense, c’est trop tard, je l’ai fais, j’ai osé… Et c’est lorsque je me retrouve dans la même pièce que lui que je n’ose même pas réellement le regarder, le détailler tout simplement parce que j’en suis intimidée.

Le plus étrange dans cette situation au final ? C’est qu’il semblait aussi mal à l’aise que moi. Aussi… Intimidée, et de toute mon humilité, je ne comprenais pas réellement pourquoi. Je ne me sentais pas légitime d’être intimidante. Simplement parce que je n’étais pas quelqu’un de réellement sur de moi. Au fond, j’avais toujours été complexée ou mal dans ma peau. Et je suppose que ce sont là les blessures qui restent d’avoir été exposé de plein fouet aux médias aussi jeunes que je l’étais. Et, avec le recule je comprenais réellement pourquoi mon père faisait tout pour nous protéger, pour nous empêcher d’être pris en chasse par ces derniers. Ils étaient pire que des vautours… Parce qu’ils n’attendaient même pas votre mort pour attaquer, ils faisant en sorte de la mettre en scène…

Mais heureusement, que dans un sens, il prend les choses en main et que d’un revers de la main il balaye ma maladresse, me faisant alors simplement sourire. Ce n’est peut-être qu’un simple petit geste qu’il eut à cet instant, mais pour une maladroite comme moi, ça représente beaucoup. Quelqu’un qui ne vous traite pas d’idiote, qui ne vous fait pas une leçon parce que vous êtes un peu maladroite, non… Juste il balaye ça, comme si ce n’était pas grave. Au fond ça ne l’est pas et la vie continue et… C’est quelque chose que j’apprécie, d’autant plus que je trouve son sourire contagieux.

C’est alors que je remarque tout particulièrement son geste… Le geste qu’il fait lorsque j’évoque mon défunt père, il abaisse immédiatement le regard. Il ne me regarde pas avec pitié, il ne me regarde pas avec tristesse ou quoique ce soit d’autre, non… Juste… Il baisse les yeux, m’offrant-là un geste des plus respectueux. C’est ce que je fais moi-même, parfois, lorsque je pense trop fort à lui. Je le pleure en silence et, en baissant les yeux, j’espère que personne ne voit réellement la douleur dans mon regard. Tout ça fait que je me sens encore plus intrigué à son égard et ça ne me donne que plus envie de le connaître encore. C’est lorsqu’il relève son regard brun vers moi que je me retiens du mieux que je peux pour tenter de ne pas rougir, encore, d’intimidation et simplement paraître naturelle ! Finalement un petit rire m’échappe tout en hochant un peu la tête.

-Tu as raison, je ne pense pas que ma tante serait d’accord pour ça !

Mon regard clair s’illumine alors instantanément à ce qu’il me propose ! Pour la simple et bonne raison que je sais que Bruno est un grand chanteur et j’ai hâte de voir ce qu’il pourrait faire s’il chantait une chanson qui sort totalement de son registre. Et puis… Ce n’est pas tous les jours qu’une star me propose de me chanter une chanson ! Bien que ma famille soit musicienne ce n’est absolument pas pareil ! Plissant alors légèrement le regard, comme un peu malicieuse, je reprends.

-N’importe quelle chanson alors, si c’est un défi ?

Me mordant finalement légèrement la lèvre inférieure pour retenir un trop grand sourire. Je sais déjà quelle chanson je désire et j’en suis sur, parce que cette chanson me tient particulièrement à coeur, en dehors du registre de mon père bien entendu, car j’ai même été jusqu’à ma tatoué la pochette de cette chanson sur le bras…

-Imagine… De John Lennon… Tu y arriverais ?

Je connais peu de chansons avec un texte aussi fort, peu de chansons avec un texte qui parle autant et à autant de personnes dans le monde. Et ce, sans parler de la mélodie que je trouve, personnellement, vraiment apaisante. Et puis qui ne connaît pas cette chanson ? De toute façon, avec mes idéaux de vie, avec la façon dont j’ai été élevée dans la vie par mon père, je pense que ce choix n’est pas si surprenant au final si on me connaît bien… Mais je ne cherche pas à surprendre, je suis simplement… Moi !

Je sors de mes pensées lorsqu’il me confirme qu’il parle bien de moi et … Qu’il me pose même une question qui me fait garder le silence quelques instants. Fronçant légèrement les sourcils, comme concentré sur la réponse que je vais lui fournir que je médite sagement, je finis par reprendre, la voix peu sûre. Une petite grimace apparaissant même légèrement sur mes lèvres, comme si je n’étais pas réellement sur des mots à employer.

-Parce que je ne me sens pas… Importante... ?

Relevant alors mon regard vers lui en disant ce mot, je garde le silence un instant. Oui, ma phrase sonnait comme une question parce que je ne saurais au final pas réellement expliqué ce sentiment que je ressens au fond, mais je pense que ce mot est celui qui s’en rapproche le plus.

Et cette fois, en retour, c’est lui qui me questionne, ce qui est normal. Je pense que toute personne normalement constituée se demanderait ce qui a été dit sur elle. Ma tête se hoche alors et, le regardant s’installer sur une chaise, je regarde celle qu’il me montre juste à côté de la sienne avant de le rejoindre doucement et dans un petit regard de remerciement.

Cette simple position me mettait déjà plus à l’aise puisque je n’avais plus besoin de réfléchir à comment me tenir où à ne pas trop bouger d’une jambe à l’autre de stresse… Et tout un tas de choses que notre corps peut faire lorsqu’on se retrouve debout face à une situation qui vous remplie de fascination, de confusion, de mystère et de stresse tout à la fois. Tournant à nouveau la tête en sa direction je reprends doucement, non sans un petit sourire sur les lèvres. Le pauvre… Je dois le stresser à garder le silence depuis tout à l’heure, en tout cas moi ça me stresserais.

-Je te rassure, c’est en bien que j’ai entendu parler de toi ! Enfin… Avant ma tante je te connaissais de nom parce que le tien, justement, est souvenu relier à celui de mon père… Et puis après il y a eu ma tante qui a parlé de collaboration…

Je finis par rire, mais pas de façon forte, juste un petit rire presque suspendu dans le temps, à nouveau tout en me mettant plus au fond du siège. Ne me retenant, au final, pas de bouger un peu.

-Et si je peux encore plus te rassurer, si ma tante ne t’a pas déjà mis à la porte… C’est que ta façon de travailler et votre travail lui plaît ! Tu sais… Elle est du genre à savoir ce qu’elle veut... Ce qu’elle attend et ce quels désirs et elle ne perdrait pas inutilement son temps....
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Mars
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 03/07/2018
★ Interviews : 626
★ Shooting :

★ Age : 33
★ Date de naissance : 08/10/1985
★ Situation amoureuse : Célibataire. rupture cuisante, tords qu'il pense partagés ...

MessageSujet: Re: across the legacy. ⊹ (paris) Ven 7 Sep - 4:01


Across the Legacy


Paris & Bruno


This one's for you and me, living out our dreams. We're all right where we should be. Lift my arms out wide  I open my eyes  And now all I wannna see Is a sky full of lighters, a sky full of lighters.

Je ne conçois pas forcément ma vie sans une petite pointe de défi. C'est ma manière à moi de me renouveler et toujours gagner tant soi peu d'expérience en ce qui concerne la musique et l'énergie que j'y donne. Avec ces petits challenges que je me donne à moi-même, je prône un sens à mon existence qui n'est pour moi pas vouée à autre chose que de performer, chanter, composer et donner un bon quart d'heure de spectacle à tous mes fans autour du monde. C'est ma façon de vivre, de rester positif et de toujours avancer quoi qu'il arrive. Bosseur dans l'âme, je sais l'être tout autant que je puisse vouloir faire plaisir aux gens tout en tentant de vouloir apprendre à les connaître d'une manière et sur un sujet que me tenait à coeur. Et Paris étant née dans ce milieu et dans la célèbre lignée des Jackson, je m'attendais à ce que son choix de musique soit à la hauteur de ce que je pourrais imaginer venant d'elle. La fille du Roi de la Pop devait forcément avoir des bonnes références, sinon je ne répondrais plus du tout de moi. Pour ce qui est de mon morceau que j'étais en train de composer avec sa tante, je ne voulais pas non plus risquer de la mettre en porta-faux et c'est bien par tout respect pour elle aussi que j'ai quelque peu dévié l'attention de la jeune Paris par ce défi personnel. Je me serais peut-être permis de m'adapter si elle me l'avait autorisée d'elle-même mais dans le doute, autant compenser par un petit jeu qui allait dans un même temps me permettre d'entrer un peu dans le monde de la jeune fille que je ne connaissais que de façade, en réalité. Je réalise quelque peu cette chance d'avoir cette opportunité de voir un peu entre les lignes de la famille Jackson, et de me rendre compte de bien des choses que l'on ne pourrait se douter venant de l'extérieur, comme je l'ai été pendant de longues années. Curiosité humaine qui reste correcte et naturelle, et ce même si je suis un artiste plein de ressources.

Je reste assis en hochant la tête de concert à ses paroles pour l'encourager à me donner un titre de chanson. Une promesse est une promesse et la rompre serait me perdre et la décevoir en tant que personne alors je vais donner le meilleur de moi, et ce pour n'importe quelle interprétation. « N'importe quelle chanson. Et si je me loupe, tu as le droit de me descendre auprès de Janet. » Autant faire les choses jusqu'au bout non ? Je lève les mains au dessus de ma tête en guise de patte blanche en appuyant un peu mon sourire alors que son visage semble s'illuminer de malice alors qu'elle fait mine de réfléchir un instant. Et c'est le sérieux ainsi que l'originalité de sa réponse qui me fit perdre un peu ma petite pointe de fantaisie. Baissant les mains et inclinant la tête sur le côté, m'attendant plutôt à un titre de son père ou un autre son tendance d'Ed Sheeran, l'un de mes amis totalement en vogue, c'est alors une chanson de John Lennon. Imagine. Je suis légèrement troublé d'autant plus que cette chanson a fait le tour du monde avec ces paroles fortes qui devraient réunir le monde entier dans une paix durable. Un beau message, qui classe alors bien rapidement la jeune Paris dans la catégorie de ces jeunes avec un esprit déjà à part. Tout comme l'était Michael, ainsi que le reste de sa famille. « C'est un très beau texte ... Une belle chanson. Le défi pour moi serait plutôt de ne pas la dénaturer, pour le coup ... » Lui avouais-je, alors que la juste simplicité du piano faisait entièrement l'affaire pour cette chanson. Autant alors l'interpréter à l'âme, sans trop en faire. Et peut-être alors aurais-je réussi mon petit défi, Paris seule me le dira.

Alors que je commence alors à me remémorer petit à petit les notes au piano, tournant alors inconsciemment mes pensées et la tête vers l'instrument principal se trouvant un peu plus loin dans la pièce, Paris répondit alors à ma question bien qu'elle n’appelait pas vraiment de réponse si elle n'en avait pas envie. Mais il n'empêche que je m'en sens quand même curieux car elle semble faire partie de ces gens qui ne se sentent pas réellement à leur place en ma présence, à cause de ma notoriété alors qu'en vérité, je me sens comme une personne normale à la même hauteur que les autres, étant tout simplement un être humain. Et Paris ... Elle ne se sent pas importante. Sa réponse me brise le sourire tout autant que je me sentis légèrement gêné alors de sembler l'écraser sans le vouloir. La fixant alors de nouveau, après avoir laissé passé quelques secondes, je décide alors de reprendre : « Tu es déjà importante rien qu'au simple fait d'être présente Paris, et de me parler comme tu le fais. Naturellement, sans attendre autre chose de moi, si ce n'est que de parler quelques instants. Si l'on exclut ma famille, mes soeurs, mes amies ... Les filles en général n'ont pas toutes le calme, l'esprit et l'attention dont tu me fais preuve. » Bizarrement, je n'aimais pas de trop qu'elle se réduise ainsi inutilement alors que je ne vaux peut-être pas le tiers de la brillance scénique de son père, par exemple. Ce n'est pas parce que je suis Bruno Mars que je ne pouvais pas rencontrer la fille de Michael Jackson pour la regarder du haut d'une tour d'ivoire. Je souhaitais ardemment qu'elle le comprenne et c'est ce pourquoi, je lui parle avec une franchise qui me décale un peu de mon humour un peu fantasque que je prônais quelques instants plus tôt.

Je dois l'avoir un peu rassurée car elle vient s'asseoir alors près de moi sur cette chaise que je lui avais indiquée. Ce serait bien plus confortable pour elle surtout que moi-même je ne me suis pas de trop gêné pour me poser. Petite honte à moi, je l'admets. « Ne t'en fais pas, si certes je suis plutôt curieux d'avoir ton avis, je n'attendais pas forcément que tu développes ... Je ne suis pas du genre à tirer les vers du nez ou me montrer trop vaniteux ... Enfin, pas de cette manière. » C'est vrai qu'avec le style que j'ai arboré dans le 24k Magic Tour, beaucoup plus bling bling et mature que mes deux autres tournées, on pourrait croire que j'ai un peu pris la grosse tête mais en réalité je n'ai jamais vraiment perdu de vue ce que je voulais faire depuis le début, faire danser le monde, les gens. Je décline juste ma palette en fonction de mon inspiration et de mes envies du moment et voilà en quel sens mon troisième album est né. Diamanté, dansant, évolué tout en restant un tantinet sexy avec mon troisième single. « Oui, bien sûr ... Le rapprochement avec ton papa ... Les médias sont très friands de ce sujet d'ailleurs. » Je laisse passer quelques instants en soupirant, non pas de lassitude, mais d'un simple fait, me remémorant ces instants où la critique m'a déjà descendu de le plagier dans mes chansons ... Ce n'est pas un sujet spécialement brillant et même si bien évidemment, il est tout simplement faux. «Tu sais, c'est de notoriété publique que je suis un grand fan de ce que Michael a pu faire durant sa carrière. Je l'ai beaucoup admiré, c'est vrai, et qu'on me lie à lui est un grand honneur pour moi. Il m'inspire, forcément. Comme beaucoup d'autres artistes ... » Intérieurement, j'espère qu'elle ne m'imagine pas comme une pâle copie de son père. Qu'elle ne fait pas cette moue gentille juste parce qu'elle n'ose pas me le dire. Je me fais peut-être des films mais autant rester sur le fil de la conversation et essayer tant soit peu de la décrypter par la suite. « En tout cas, c'est très gentil de vouloir me rassurer sur la collaboration. Cela se sent bien que Janet est du genre à savoir ce qu'elle veut et je pense que pour le moment tout va bien. Comme tu dis, je ne suis pas jeté à la porte et c'est juste super qu'elle apprécie tout ce que j'ai pu lui apporter aujourd'hui. » Plus je travaillais avec Janet, plus j'avais l'impression d'apporter des pierres de plus à la bonne avancée de ma carrière et rien n'était plus précieux pour moi d'apprendre tout ce qu'elle, en tant qu'artiste, pouvait m'apporter. J'étais plutôt confiant de ce qu'on produisait ensemble et il fallait maintenant qu'on termine les derniers détails et qu'on voit si le morceau serait finalement promu dans son prochain album. Mais en attendant, je prends ma pause avec cette jeune demoiselle pleine d'esprit et de conversation qui me tardait de plus en plus à apprendre à connaître, si elle le veut bien.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 25/07/2018
★ Interviews : 1127
★ Shooting :

★ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: across the legacy. ⊹ (paris) Sam 22 Sep - 14:50


Across the legacy


La musique existe depuis la nuit des temps, on a même retrouvé des traces d’instruments et de pièce de musique dans les grottes des Hommes préhistorique. Je pense donc que la musique fait partie intégrante de l’être humain. Elle nous permet de nous évader, de nous sentir ailleurs, transporter par ces chants et notes mélodieux. Il suffit de voir le nombre impressionnant d’instruments que l’Homme a pu inventer au cours de tous ces siècles et du fait que, malgré le temps qui passe, la musique ne se démode jamais vraiment ! Alors j’imagine qu’une rencontre autour de ce thème-ci en quelque sorte comme celle de Bruno et moi ne peut qu’être signe d’un quelque chose dont je n’ai pas encore le nom, mais dont j’espère mettre le doigt rapidement dessus. Une chose est sûre, pour le moment, je suis intriguée et fascinée, mais il parvient à me détourner de ma curiosité avec un jeu musical. Jeu qui m’amuse presque immédiatement et me donne envie de réellement l’écouter dans une chanson que j’aurais choisie. Je pense qu’avec ça je pourrais aussi me placer vis-à-vis de quel artiste il peut être. De ceux qui ne sont qu'interprète de leurs registres ou de registre ressemblant ou bien de vrai artiste, de ceux qui te font vibrer… Même au-delà de leurs zone de confort.

Alors que le chanteur face à moi lève les mains en l’air pour me montrer là qu’il me promet quelque chose qu’il compte bien réaliser, accompagnant son geste par une petite phrase qui parvient à me faire lâcher un rire. Je ne sais pas si je serais capable de réellement descendre quelqu’un gratuitement, comme ça, juste pour une chanson, mais au moins sa phrase a le don de réellement commencer à me détendre et après quelques minutes de sérieux, je lâche alors le titre et l’artiste, dont je veux qu’il me fasse un cover. Je peux voir ses mains s’abaisser légèrement, tandis qu’il penche la tête en me regardant. Je croise son regard et pendant quelques secondes je tente d’y lire ce qu’il s’y passe. Je ne peux m’empêcher alors de me mordre légèrement la lèvre inférieure, geste que je fais chaque fois que quelque chose peut me rendre légèrement anxieuse ou nerveuse. Joignant mes mains ensemble je reprends, comme pour justifier mon choix.

-J’imagine que tu t’attendais … Surement a autre chose au vu de mon père ou… Mon âge. Mais… Et j’aurais pu, en ce qui concerne mon père, mais je voulais te voir dans un réel défi, quelque chose qui te sort totalement de ta zone de « confort »… Enfin tu sais…

Je marque une petite pause… Cherchant mes mots avant de reprendre, gardant les yeux plutôt bas cette fois-ci pour ne pas être troublée par l’homme face à moi.

-Je pense qu’un véritable artiste parvient, au-delà de sa zone de confort et de son style musicale, à te faire vibrer avec n’importe quelle chanson ou mélodie… Comme mon père…

Je dois avouer que les trois derniers mots, je les aie murmuré, et presque, simplement pour moi. Je relève finalement les yeux vers lui alors qu’il me fait comprendre que je lui ai lancé un véritable défi et je lui offre alors simplement un petit sourire timide… Tout de même impatiente de voir ce qu’il pourrait être capable de faire, même si je semble lui avoir mit un coup de stresse, sans le chercher.

C’est là que je ne trouve pas réellement mes mots pour répondre à sa question. Je le questionne donc, en quelque sorte, en retour sur le mot presque incertain que j’emploie me concernant. Je n’ose pas vraiment le regarder en disant tout ça, c’est dur de ce dire ce genre de chose et pourtant… Je le ressens à chaque instant. Depuis la mort de mon père en réalité. Je me sens insignifiante, avant j’étais sa princesse, il était ma moitié, maintenant je sais qu’il manquera éternellement un énorme bout de ma vie jusqu’à ce que la mort vienne me chercher à mon tour. J’ai bien tenté, plus jeune, d’aller à elle, mais ce n’était visiblement pas mon heure. Alors en attendant ce moment, je patiente simplement et tente de trouver un nouveau sens a mon existence, vu que l’on m’a arraché le sens de mon existence il y a bientôt 10 ans, d’où ma carrière débutante. Je sors de mes pensées en entendant Bruno qui tente de me faire comprendre que je le suis et non pas parce que je suis la fille de Michael Jackson, mais parce que je suis moi. Mon regard s’accroche au sien quelques secondes, il peut y lire quelques-uns de mes doutes, mais surtout il peut y voir une lueur de remerciement tandis que je lui souris légèrement. Dans ma pudeur je n’ose pas revenir là-dessus, mais je réponds tout de même à ce qu’il dit, montrant là que je l’ai bel et bien écoutée.

-Est-ce que parfois ce n’est pas trop compliqué ? Je veux dire… D’être entouré de filles, justement, qui crient qu’elles t’aiment et qui pourtant… Peuvent te faire du mal en étant… Tout le contraire de ce que tu viens de me dire ?

Je ne sais pas si ma formulation est claire. J’ai l’impression de ne pas être très clair, mais en soit c’était quelque chose que je me posais réellement. J’avais des réponses de la part de mes cousins ou de mes oncles, mais eux… Ça ne les gênait pas réellement. Ils aimaient leurs célébrités, mon père ? Je n’ai jamais abordé cette question avec lui et Bruno… Eh bien il est externe à tout ça, à ma famille, alors tout n’était pas pareil. Si je me posais cette question c’était bien parce que je le vivais aussi en quelque sorte, et j’avais toujours été perdu à ce niveau-là, sur ce que ça me faisait réellement ou du tout moins… Je me sentais bizarre et différente de ne pas forcément me sentir comme mes cousins, par exemple.

Je finis par le rejoindre sur une chaise qu’il positionne à côté de lui et je me sens bien mieux ainsi, dans le sens où… Ça donne de suite une autre dimension à l’atmosphère de la pièce. Quelque chose de moins formelle, de plus détendu… Ma tête se tourne d’ailleurs lentement vers lui lorsqu’il me fait comprendre qu’il ne me tira pas les vers du nez si je ne veux pas parler et la fin de sa phrase, m’intrigue légèrement.

-Comment alors ?

Je ne retiens finalement pas un petit sourire qui accompagne cette question. Un vrai sourire, je me sens de plus en plus à l’aise parce qu’au final… Nous sommes à égalité et je commence à le comprendre. Encore plus maintenant que nous sommes assis. J'ai l’impression autant que lui le fait avec moi, peut-être pas pour les mêmes raisons, mais le fait est là : nous sommes respectueux l’un de l’autre et, surtout, nous ne nous sentons pas plus grands que l’autre justement, sans prétention aucune, finalement. Posant finalement mes deux mains à plat, sur le côté et le bord de ma chaise je l’écoute parler du lien qui l’unis avec mon père. Dans un sens… Musicalement parlant, les médias les unis. Je regarde un instant face à moi et en l’entendant soupirer je tourne à nouveau ma tête vers lui. Je pensais que c’était un soupire de lassitude… Mais la suite de sa phrase me fait comprendre qu’il semble plutôt vraiment admiratif de l’artiste qu’était mon père.

-Tu sais… Je ne suis pas réellement du genre à écouter ce que disent les médias, parce que je sais combien ils peuvent… Mentir…

Je marque une pause tandis que le dernier mot semble comme m’avoir brûlé la bouche. Je le « crache » presque, tellement j’ai une colère noire envers tous ceux qui ont tué mon père par leur dire et leurs propos. Et ce « tout » ce sont eux, les médias.

-Je sais ce qu’ils disent sur toi et sur mon père, sur tes chansons et… Enfin… Tout ça pour dire que je me ferais mon propre avis, pas celui qu’on veut me faire avaler.

Ma phrase sonne comme une détermination, parce que je le suis. De toute façon jusqu’ici tout ce que j’ai pu voir c’est un artiste qui a du respect pour ma famille, pour la mort de mon père et pour l’artiste qu’il était… Et puis, surtout, au-delà de ma famille, il en a pour moi. Lorsqu’il confirme que ça doit bien ce passé parce qu’il n’est pas dehors, je ris encore un peu et me tourne un peu sur ma chaise, restant assise, mais un peu plus face à lui au lieu d’être « juste à côté ».

-La détermination de la famille Jackson… Je pense que tout le monde la connaît. Et pour une fois, ce n’est pas qu’une vieille rumeur infondée, je pense !

On sait ce que l’on veut, c’est certain. Par exemple, mon grand-père voulait faire de ses enfants des stars et il en a fait des stars planétaires… !
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Mars
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 03/07/2018
★ Interviews : 626
★ Shooting :

★ Age : 33
★ Date de naissance : 08/10/1985
★ Situation amoureuse : Célibataire. rupture cuisante, tords qu'il pense partagés ...

MessageSujet: Re: across the legacy. ⊹ (paris) Ven 5 Oct - 4:16


Across the Legacy


Paris & Bruno


This one's for you and me, living out our dreams. We're all right where we should be. Lift my arms out wide  I open my eyes  And now all I wannna see Is a sky full of lighters, a sky full of lighters.

Les médias sont bien cette donnée de la célébrité qu'on a toujours un mal fou à contrôler, interpréter. On a beau vouloir donner une image, une direction dans notre carrière et vouloir de bonne foi démentir tout ce qui est du vrai du faux nous concernant, que l'on arrive pas toujours à montrer finalement ce que l'on veut. Et je pensais m'être préparé à cela, avant de lancer ma carrière. J'ai certes de grandes influences dans le milieu de la musique, qui m'inspirent et font de moi cet artiste entier que je suis aujourd'hui. Mais quoi qu'on n'y fasse, et ce même si j'avais pourtant dit dans une interview il y a quelques temps qu'il n'y avait qu'un seul Michael Jackson, et même qu'un seul Prince sur Terre, les comparaisons continuent de fuser, et plus machiavéliquement, certaines rumeurs de plagiat aussi ... Que du faux qui aurait pu me dégoûter ou me briser mon envie de juste donner le meilleur de moi-même. Ces ragotards n'ont que mon silence et la sortie de mes nouvelles chansons pour toute réponse à leur négativité. Et je sais qu'à côté de tout cela, mes millions de fans sont toujours prêts à me suivre quoi qu'il arrive. Tant qu'eux ne se laissent pas embobiner non plus, je continuerais de tout donner, comme je l'ai toujours fait.

C'est pour cela que, mine de rien, je m'exprime ouvertement envers Paris à ce sujet car je ne veux pas qu'elle nourrisse ce sentiment de copie alors que j'essaie juste d'honorer le travail de son père qui a tout de même rythmé une très longue partie de ma vie. C'est important pour moi qu'elle le sache et que nous puissions apprendre à nous connaître sans aucun mauvais jugement ou autre. Plus pour elle que pour moi, d'ailleurs, car je n'ai rien à reprocher aux enfants Jackson qui se devaient maintenant de faire leur place dans ce monde qui bouge, embrassant une vie de célébrité, marchant sur les traces de leurs aînés, ou non. A bien y penser, mes propres parents étaient aussi des célébrités, mais c'est vraiment avec mon éclosion et mon travail que j'ai pu apporter cette lumière internationale à leur égard ... Est-ce que cela allait se répéter, avec Paris et ses frères ? Je me perds presque dans cette interrogation personnelle jusqu'à ce que Paris argumente un peu plus son choix de me faire interpréter les paroles de John Lennon. Si certes, je m'attendais à avoir une proposition plus tendance, plus jeune, c'est justement avec son ouverture d'esprit, ce fait d'avoir définitivement reçu une culture musicale de son père digne de ce nom, que j'en suis tout bonnement, agréablement surpris. « Oui ... Ce n'est peut-être pas très cool pour moi de dire cela mais je ne m'attendais pas vraiment à Imagine. Mais c'est un très bon choix, n'en déplaise à Ed Sheeran, Timberlake ou Justin Bieber qui je pense, n'auraient pas pu non plus contredire ce fait que le défi est intéressant. » John Lennon était effectivement un grand monsieur avec ses messages de paix, d'amour, qui ont fait le tour du monde et ce même après son triste assassinat. Mon adrénaline de chanteur se ferait presque sentir, impatient je pouvais être de mettre en ma propre voix ce texte pourtant simple, mais puissant dans la portée du message. Mais, je devais le concevoir, je n'osais pas vraiment lui dire que, très objectivement, Imagine dans le son, l'esprit, me faisait penser à ma propre chanson « When I was Your Man » que j'ai sorti en 2013. Un piano, ma voix, et c'était tout, simplement le message des deux textes étaient clairement différents. John Lennon, avait fait cela bien avant moi, je n'ai clairement rien inventé, il a juste prôné et mis la paix en valeur. Ce n'était pas un trop grand risque en soit, mais le but n'était pas de m'en vanter ou quoi que ce soit. Je me suis engagé à faire plaisir à la jeune Jackson. « Je ne suis pas Michael mais je pense vraiment qu'il aurait été fier de t'entendre dire quelque chose d'aussi vrai sur les artistes en général. Tu as vraiment appris du meilleur. » Continuais-je avec une moue sur le visage se voulant attendrie. Paris semble réellement porter l'âme de son père, chose que l'on ne devrait pas douter vu que c'est sa fille, mais quand même, c'est vraiment bien de savoir qu'elle est clairement dans le bon chemin, cette jeune fille.

Et c'est là que Paris me pose alors une autre question, par rapport aux filles qui sont intéressées par ce que je fais au point où cela en devienne exubérant. Je sais que j'ai un côté un peu crooner et quelque part, cela fait partie de mon personnage. Même si je tente de rester le plus vrai possible, je ne nie pas qu'il y a un peu de merchandising dans mon côté artistique mais bien évidemment cela n'est pas la totalité de mon art, de mon travail. Elle me demande alors si c'est difficile, de les entendre crier, de voir ces groupies m'attendre à chaque sortie de concert en sautillant telles des furies et ayant des réactions qui parfois dépassent un peu de trop les limites ... Je fais mine de réfléchir un instant, avant de reporter mon regard sur elle : « Pour ma part, j'essaie de me dire que ce sont des fans comme les autres, je ne m'implique pas forcément dans leur délire et de ce fait, je me protège en tant que personne. J'essaie de ne pas trop de faire de distingo ou prendre leur amour trop personnellement. Il y en effet les fans qui te respectent, te font sentir leur présence tout en restant à leur place ... Les groupies, j'essaie de ne pas y porter trop d'attention ... Il suffit juste de ne pas déraper, de ne pas s'énerver ou de ne rien donner non plus. Sinon elles le prennent mal ... » Inconsciemment, ma poigne se serre car avec l'amour de Jessica, que je n'ai plus depuis ces derniers temps, me revient à l'esprit. Un ressenti qui me fait un peu mal à y replonger mais dont Paris ne pouvait réellement se rendre compte, vu qu'elle ne me connaissait pas personnellement. Alors j'essaie de ne pas de trop me fermer parce que sinon, elle aurait été en légitimité de se poser des questions. « Si je voulais vraiment savoir ce que tu penses, j'aurais attendu à ce que tu me fasses pleinement confiance. Tout simplement. Avec le temps, le lien, des signes qui parlent forcément, ou alors, tu aurais finalement vendu ta mèche à un moment donné. » Je m'avançais peut-être un petit peu, dans le fait qu'on se reverrait peut-être par la suite, qu'on soit suffisamment amis en devenir pour que j'aie le droit à une telle accréditation de sa part mais, ne risquais-je donc rien à bousculer un peu le destin ?

Mais comme je m'y attendais, Paris cherche vraiment à me rassurer et à ne pas écouter les amalgames concernant ces rapprochements entre Michael et moi qui pourraient dévaloriser ma carrière. Elle montre cette lueur d'intelligence clairement inhérente à la compréhension de l'artiste et cela était encore un bon point pour la jeune Jackson qui se révèle bien surprenante à pas mal d’égards. Et je ne peux que tout à fait comprendre cette colère qui gronde dans ses paroles par rapport aux médias, qui, nous voyant de l'extérieur, ne se rendent pas compte des dommages que leurs torchons peuvent faire sur nous, les célébrités. « Je n'en doute absolument pas Paris. C'est tout à ton honneur de penser ainsi et de faire ton opinion à toi plutôt que de suivre bêtement ce qui n'est pas forcément vrai. Je te promets que tu ne regretteras pas de penser ainsi. » Ajoutais-je alors en la gratifiant d'un clin d’œil amical. « Eh bien, si je peux me joindre à cet esprit déterminé ... Je te propose de me laisser agir alors, que tu puisses te rendre compte de ce que je vaux avec un piano ? » Il ne me faudrait qu'un signe de tête de sa part pour aller m'exécuter, et faire chauffer un peu les touches de l'instrument et laisser mon talent s'exprimer face à l'un des dignes héritiers du Roi de la Pop.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: across the legacy. ⊹ (paris)

Revenir en haut Aller en bas
 
across the legacy. ⊹ (paris)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Affaire de vente de passeports/visas a l'Ambassade de Paris
» Le salon du chocolat à Paris
» Lucky mâle type Beagle (paris)
» Notre Dame de Paris
» Recherche d'un adversaire Paris Saint Lazare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FATE OF STARS :: CITY OF ANGELS :: Beverly Hills :: Quartier résidentiel-
Sauter vers: