AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur FOS
Pensez à voter régulièrement pour les Top-Sites par ICI qu'on attire encore plus de membres
Merci d'essayer privilégier les groupes "The Fame" et "Look What You Made Me Do" qui sont délaissés si possible
Rejoignez-nous sur le discord de FOS par ICI
L'Event d'Halloween est lancé, n'hésitez pas à aller voir ça par ICI

Partagez | 
 

 Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 16/09/2018
★ Interviews : 97
★ Shooting :

★ Date de naissance : 04/04/1965
★ Age : 53
★ Situation amoureuse : Marié et cocu, à un avocat près de demander le divorce.

MessageSujet: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Ven 9 Nov - 5:03

Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir « Je savais que tu ne pourrais pas faire le test… Et je savais aussi que tu tenais à le savoir… Je l’ai fait faire de mon côté. Je suis vraiment désolé, Robert… Avri n’est pas ta fille. » Même un coup de massue en plein visage n’aurait pas pu lui faire aussi mal que cette révélation. Il se préparait à cette éventualité depuis plusieurs semaines, mais il continuait de croire que ce n’était pas possible… Sa princesse ne pouvait pas être celle d’un autre. Elle était identique à lui. À force de se répéter ça, Robert avait fini par laisser tomber l’idée de faire le test de paternité. Ce n’était plus aussi important sauf que Susan en avait décidé autrement. Elle lui avait imposé la vérité. Mais dans quel but ? Cherchait-elle à le faire souffrir un maximum ? Si c’était le cas, elle avait réussi. Entre ses tromperies et la paternité de sa fille, RDJ était au plus bas. Il était en train de tout perdre. Lorsque Robert avait raccroché le téléphone, il avait éclaté. Il avait tout saccagé dans la chambre qu’il occupait chez Tom et Sebastian avant de se mettre à pleurer. Il était anéanti. Complètement. Robert s’était laissé tomber au sol sur lequel il était resté pendant au moins deux heures. Son téléphone avait sonné à plusieurs reprises pendant cette période, mais il n’avait même pas pris la peine de le regarder.

Lorsque Robert retrouva finalement le courage de se lever, il avait l’impression d’avoir l’esprit ailleurs. Il se mit à déambuler dans la maison. Il faisait les 100 pas ne sachant pas du tout comment réagir et comment encaisser cette nouvelle. Heureusement, Hiddleston et Stan n’étaient pas là. Il ne se sentait pas de répondre aux questions. Finalement, RDJ attrapa son portable et appela un vieil ami. Ami qu’il aurait dû effacer de son répertoire il y a bien longtemps déjà. « Robby ? C’est bien toi ? Woah… Si je m’attendais à ça. » Comme il avait fait si souvent à l’époque, l’acteur passa commande. Cette dernière fut accueilli par un rire nerveux suivi d’un silence. « Je ne peux pas t’aider. … Je ne veux pas t’aider. Ça fait quoi ? 13 ans ? 14 ans ? C’est pas moi qui vais te faire replonger dans cette merde. J’ai beaucoup trop de respect pour l’homme que tu es devenu. Je ne sais pas ce qui se passe, mais trouve autre chose… » L’acteur cligna des yeux à plusieurs reprises et raccrocha sans un mot pour son ancien dealeur. Il balança son téléphone à travers la cuisine et se mit à fouiller les armoires à la recherche d’une bouteille de n’importe quoi. Vodka, Whisky, Vin… Même une bière… Mais Tom n’était pas stupide. Il avait tout vidé lorsqu’il avait accepté d’héberger Robert quelques temps. Une nouvelle vague de colère le gagna. Ce n’était pas ça qui allait l’arrêter. Downey se dirigea vers la sortie, attrapa ses lunettes et ses clés de voiture avant d’ouvrir brusquement la porte afin de sortir. C’est alors qu’il tomba nez à nez avec… « Brie ? » Il haussa un sourcil. Qu’est-ce qu’elle faisait là ? De plus, l’acteur n’avait même pas remarqué qu’il était dans un sale état. Il avait les cheveux dans tous les sens, il avait les yeux et les joues rougies et surtout, il n’avait pas fait attention au fait qu’il était encore en pyjama avec un t-shirt troué. Du Robert Downey Jr sous son pire profil.
©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Brie Larson
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 15/09/2018
★ Interviews : 284
★ Shooting :

★ Date de naissance : 01/10/1989
★ Age : 29
★ Situation amoureuse : En couple avec l'interprète du Prince d'Asgard, Roi légitime de Jotunheim & Dieu de la malice

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Sam 10 Nov - 13:19


( Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir × ft RDJ )


Le clap de fin venait de se faire entendre. Après plusieurs semaines de travail, le tournage de "Just Mercy" venait de se finir ! Ça avait été une adventure incroyable et Brie avait adoré travailler avec toute l'équipe. L'histoire de ce film était incroyable et l'avait énormément toucher, maintenant elle espérait que le public serait aussi réceptive qu'elle vis à vis de celui-ci. Mais même si elle se sentait comme un petit poisson dans l'eau sur un plateau de tournage, la fin de ce projet signifiait qu'elle allait pouvoir reprendre en main sa vie ... Et enfin profiter des derniers événements qui lui étaient arrivé. Dans 4 mois, Capitain Marvel sortirait sur les écrans du monde entié pour la journée internationale de la femme d'ailleurs elle adorait ce fait ! Donc les prochains mois allaient être encore plus rythmé que dernièrement, ainsi elle allait profiter de quelques semaines de tranquillité. En arrivant à la maison sur la plage, elle alluma un peu la musique pour mettre du bruit dans la pièce et ne pas avoir le cafard d'être une nouvelle fois seule ! Heureusement, d'ici quelques jours, elle s'envolerait pour l'Angleterre. Tom et elle avait réussi à se réserver plusieurs jours et ils comptaient partir en Écosse ! Endroit parfait pour passer inaperçu ... Et la jeune femme avait préparé ce voyage en faisant un paquet de shopping car même si l'Écosse était surement un pays incroyable, malheureusement le temps n'était pas le même que celui de Los Angeles. Et Brie ayant toujours vécu en Californie avait juste peur de perdre un doigt de pied si elle ne s'habillait pas un peu plus chaudement ! Bien sur ce n'était pas comme si faire du shopping était une activité qu'elle n'aimait pas ... Par contre, elle avait des doutes que sa valise ne se ferme pas ! On a tous nos petits problèmes.

D'ailleurs son petit ami lui avait demandé il y a quelques jours si elle pourrait lui ramener certaines de ces affaires dont il allait avoir besoin. Et vu qu'elle était trop faible et trop accro à cette homme pour lui dire non, elle avait évidemment accepté ! Brie avait retardé son passage dans la garçonnière pendant plusieurs jours mais maintenant elle se devait bien d'y aller. La circulation dans Los Angeles était comme à son habitude à cette heure-là : l'horreur ! Pourquoi tout le monde décidait d'un seul coup de sortir au même moment. Elle essaya de prendre son mal en patience même si la patience n'était pas l'une de ses caractéristiques premières ! Il paraît qu'on a tous des défauts ... Il paraît. En se garant devant la maison que Tom partageait avec Sebastian, elle remarqua tout de suite la Jaguar de l'Anglais ! Naturellement ces yeux se levèrent au ciel en pensant à tout l'amour qu'il avait pour cette voiture. En arrivant devant la porte d'entrée, son coeur eut un raté car la porte s'ouvrit à la voler et que Robert en sortit ... Elle posa une main sur sa poitine en reprenant sa respiration : « Nom de dieu, tu m'as fait une de ces peurs ! ». Une fois qu'elle fut calmer, elle remarqua tout de suite le regard hagard de l'acteur ! Il ne semblait pas dans son assiette, Tom avait mentionné que son ami vivait chez lui dans une conversation mais il ne s'était pas étalé sur le pourquoi et le comment ... Et Brie n'avait pas cherché à le faire parler, c'était un aspect personnel de la vie de son ami alors elle n'avait pas besoin de savoir. Et puis elle aimait savoir que l'anglais soit toujours là pour ses amis même quand il n'était pas sur le même continent ! Sauf qu'en le voyant, elle comprit que quelques choses n'allaient vraiment pas. Elle fronça les sourcils : « Tu n'as pas l'air dans ton assiette ... Tout va bien ? ». L'actrice ne connaissait pas l'acteur depuis longtemps mais elle l'avait jamais vu comme ça ... Il semblait briser ! Et ça en était pratiquement douloureux à regarder.




( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 16/09/2018
★ Interviews : 97
★ Shooting :

★ Date de naissance : 04/04/1965
★ Age : 53
★ Situation amoureuse : Marié et cocu, à un avocat près de demander le divorce.

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Dim 11 Nov - 1:29

Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir Robert était en train de perdre le contrôle sur ce qui se passait autour de lui. Il avait vu noir, il avait tout saccagé dans la chambre et pourtant, il n’en gardait aucun souvenir. La colère avait complètement pris le dessus avant qu’il soit submergé par la peine. Par la suite, son esprit se mit à lui jouer des tours lui faisait ressentir un effet de manque. Comme s’il essayait de lui faire comprendre que c’était la seule façon de le soulager. Et la douleur était telle que Robert n’avait pas la force de chercher autre chose. À l’heure actuelle, il était prêt à jeter 13 ans de sa vie à la poubelle. Il avait l’impression qu’on lui avait arraché Avri, que Susan ne lui laisserait plus la voir, car il n’était pas son père. Qu’elle allait profiter de cette nouvelle pour obtenir la garde exclusive et même s’il l’élevait depuis 4 ans, on allait la laisser avec sa mère. Il avait la nette impression qu’il se battait pour rien. Ça faisait des semaines que RDJ se battait pour ne pas sombrer en pensant avoir une chance d’obtenir la garde ses enfants, mais… Avri n’était pas son enfant. Susan ne voulait pas d’une garde partagée, Robert allait tout perdre. Sa villa, sa maison de production, ses enfants… Qu’est-ce qu’il allait lui rester au final ? Sa carrière ? Il n’en avait rien à faire. Ce n’était rien à côté de sa famille. L’appel à son ancien dealeur s’était fait presque comme un automatisme. Comme si son esprit le ramenait 15 ans en arrière où il était au plus bas. Il était perdu. Complètement. Il ne savait plus réellement ce qu’il faisait, il savait seulement ce dont il avait besoin pour calmer cette douleur qui n’allait sûrement jamais réellement disparaître. Les tromperies, il aurait fini par les accepter, il aurait fini par tourner la page sur cette histoire foireuse… Sauf que là, c’était trop. Il n’arrivait pas à se convaincre que les liens du sang n’étaient pas réellement importants. Il se le répétait en boucle depuis des semaines, depuis que la question avait été soulevée et il n’avait jamais réussi à se convaincre que ça ne comptait pas.

Rapidement, le plus simple pour lui était d’obtenir de l’alcool. Vodka, Whisky, Tequila, peu importe. Robert sortit de la maison avec une détermination hors norme, mais s’arrêta brusquement lorsqu’il tomba nez à nez avec Brie. Même s’il avait à peine réagi, son cœur avait commencé à battre rapidement sous le coup du stress. Il s’attendait à tout sauf croiser quelqu’un. Pendant plusieurs secondes, l’acteur fixa la jeune femme sans bouger tandis qu’elle affirma qu’il lui avait peur. Dans un autre état, il se serait sans doute excusé et il en aurait rigolé. Là, il se contenta plutôt d’hausser les épaules. « Je… » bafouilla-t-il lorsqu’elle lui demanda si tout allait bien. La réponse était claire. Ça n’allait pas du tout. Il était au bout de sa vie, mais… Il n’avait pas envie de l’inquiéter avec ça. Elle n’était sûrement pas là pour l’entendre pleurer sur ses problèmes. Le brun croisa ses bras sur son torse de manière à cacher ses mains qui tremblaient sous le faux effet de manque dans lequel l’avait mis son cerveau. « Ça va… J’viens de me réveiller et j’suis pas d’humeur tant que j’ai pas fumé. » Menteur. Il n’avait même pas pris la peine de prendre son paquet de cigarettes qui était resté sur le meuble de l’entrée. Et se réveiller en début d’après-midi ne lui ressemblait pas vraiment. L’acteur cligna à nouveau des yeux à plusieurs reprises tout en fixant Brie. Le malaise était visiblement présent chez l’américain. « Je suis seul. Tom et Seb’ sont sortis. Je… » Il tourna la tête vers l’intérieur. « Tu veux entrer quand même ? Je suppose qu’ils ne vont pas tarder. » Et lui avait encore envie de sa bouteille de vodka.
©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Brie Larson
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 15/09/2018
★ Interviews : 284
★ Shooting :

★ Date de naissance : 01/10/1989
★ Age : 29
★ Situation amoureuse : En couple avec l'interprète du Prince d'Asgard, Roi légitime de Jotunheim & Dieu de la malice

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Dim 11 Nov - 16:13



( Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir × ft RDJ )


Le temps était très agréable à Los Angeles, le soleil pointait le bout de son nez tous les jours, ce n'était pas une mauvaise chose vu le planning des prochains jours. C'était quelque peu étrange de se retrouver devant cette maison. Elle s'était mis tellement d'idée dans la tête vis-à-vis de la garçonnière que Tom partageait avec Sebastian, beaucoup qui était totalement fausse, mais que voulez-vous les idées sont tenaces ! Brie imaginait parfaitement le genre d'endroit ou les deux hommes amenaient leurs conquetes, et même si Tom lui avait assuré du contraire ... Disons que c'était peu-être pour ça qu'elle n'avait jamais eu envie de mettre les pieds dans l'endroit. Contrairement à l'appartement londonien de l'acteur ou elle, s'y était sentie chez elle ! Mais elle avait dit "oui" donc quand on dit "oui" on ne revient pas sur sa réponse. En tout cas, ce n'était pas le genre de la jeune femme. Malgré que la maison soit en plein Venise, cela restait assez calme et donc agréable ! Brie avait garé sa voiture derrière celle de son petit ami avec une petite envie de se prendre en photo avec et de l'envoyer à celui-ci. Non, elle n'allait pas encore une fois mentionner à quel point l'anglais tenait à cette voiture, mais plutôt essayer d'oublier ce détail ! Une fois devant la porte tous se passa rapidement et elle se retrouva nez à nez avec un RDJ dans un sale état. Une fois qu'elle eut repris ces esprits et essayant de ranger discrètement le double des clefs qu'elle avait dans les mains dans la poche de sa veste, Brie lui demanda comment il allait, mais sa réponse resta encore plus évasive surtout quand il affirma qu'il venait de se réveiller !

La jeune femme avait déjà vu des personnages ravager par pleins de choses différentes et elle ne savait pas ce qui se passait avec Robert, surtout elle avait doute qu'il aille envie de lui en parler à elle. Rapidement, un étrange malaise se fit sentir et l'acteur lui confirma que la maison était vide et que les deux occupants n'étaient pas là pour le moment ! Mais ce qui intrigua l'actrice fut que Robert affirma qu'ils devaient rentrer. Minute, son cher et tendre n'était pas censé être à Los Angeles, mais à Londres aux dernières nouvelles ! Alors soit l'acteur avait perdu la notion du temps ou d'autres choses ou alors Tom lui avait cacher certaines choses, et pour sa propre sécurité il valait mieux pas que ce soit le cas. Bref, il fallait qu'elle oublies les tonnes de question qu'elle avait en tete et elle n'allait pas partir surtout quand elle voyait l'air que l'américain avait : « C'est une excellente idée, je vais rester et tu vas pouvoir me faire visiter. ». Brie ne lui laissa pas vraiment le choix et pour cela, elle se contenta d'entrer dans la maison et espérait vraiment que Robert n'allait prendre ces cordes à son cou ! Le fait qu'il vive ici lui avait la puce à l'oreille qu'il devait y avoir un problème avec sa femme. D'ailleurs, l'actrice l'avait déjà rencontré lors du dîner que RDJ avait organsiner quelques semaines avant le début de ces scènes dans Avengers 4. Cet homme lui avait littéralement sauver la vie lors de son premier jour et c'était graçe à lui qu'elle n'avait pas exploser d'anxiéter vis à vis de ce tournage ! Une fois dans la maison, elle remarqua que l'acteur l'avait suivi et elle en fut ravis. Brie remarqua que pratiquement tous les portes de placards du salon puis un peu plus loin de la cuisine était ouverte. Robert avait donc chercher quelques choses et vu son expression sur son visage, il ne l'avait pas trouvé ! C'était de notoriété publique qu'il avait eu des problèmes d'addiction et elle connaissait beaucoup trop Tom pour savoir qu'il l'aurait jamais rien laisser entre ces murs. Elle se tourna vers Robert et l'examina : « Ok, c'est quoi le problème ? » N'étant pas le genre de personne à passer par quatre chemins, elle posa juste la question et elle n'allait pas accepter un non comme réponse ou encore moins qu'il puisse l'envoyer bouler. Et puis maintenant qu'elle avait commencer à poser des questions, elle n'allait plus s'arrêter : : « Je peux savoir ce que tu cherchais exactement ? ». Elle le fixa en essayant de voir s'il avait pu boire ou pire encore, elle imaginait que s'il avait rechuté alors ça voulait dire que quelques choses de vraiment grave était arriver !




( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 16/09/2018
★ Interviews : 97
★ Shooting :

★ Date de naissance : 04/04/1965
★ Age : 53
★ Situation amoureuse : Marié et cocu, à un avocat près de demander le divorce.

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Lun 12 Nov - 3:52

Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir Robert n’avait rien trouvé de mieux comme excuse que de dire qu’il n’avait pas encore fumé. Il était un grand fumeur, ce n’était pas une surprise. C’était la seule addiction qu’il n’avait jamais réussi à arrêter. À chaque année, c’était sa résolution de l’année, mais il ne tenait jamais très longtemps. C’était moins pire que la drogue, non ? Pouvait-on vraiment lui reprocher ça ? Il s’était battu extrêmement fort pour être où il était, mais il gardait ses faiblesses… Même une dizaine d’année plus tard, il lui arrivait de faire une crise de manque. Susan était la seule à avoir appris à le maîtriser dans ces moments. Ils s’installaient en tailleur au sol, dans le noir, elle posait son front contre le sien et entourait son visage de ses mains… Pendant des heures, ils pouvaient rester comme ça à ne rien dire jusqu’à ce que la crise se calme. Elle savait qu’elle s’engeait dans quelque chose d’énorme avec Robert. Elle avait hésité… Et aujourd’hui, elle renonçait. Il ne lui en voulait pas, il aurait juste voulu que les choses se passent différemment. Qu’elle le confronte, qu’elle le quitte plutôt qu’elle lui joue dans le dos depuis aussi longtemps. 4 ans… Ça faisait 4 ans qu’elle était malheureuse avec lui et qu’elle n’avait pas osé lui en parler. Même aujourd’hui, il ne comprenait pas exactement ce qui se passait dans l’esprit de sa femme, car elle affirmait l’aimer toujours. Mais elle n’avait jamais émis aucun regret. Elle refusait le divorce, elle ne voulait pas le voir partir et elle le menaçait avec les enfants… Elle savait que c’était sa faiblesse et elle l’utilisait.

Robert ne savait plus trop où il en était. Il avait seulement voulu être poli sans se douter une seule seconde qu’il se mettait les pieds dans les plats. En vrai, il n’avait aucune idée où se trouvait Tom et Sebastian. Robert s’isolait énormément depuis quelques jours et ses deux amis avaient bien compris qu’il voulait être tranquille. L’acteur n’était pas une bonne compagnie en ce moment. Normalement, le temps devrait l’aider à aller mieux, mais il avait la sensation que son état était pire. À chaque jour, il réalisait à quel point la perte de Susan était énorme et il se retrouvait au plus bas. « Te faire visiter ? Ce n’est pas chez moi… Je ne connais même pas la moitié des pièces. » avoua-t-il en passant une main derrière sa nuque, mais il accepta tout de même de la suivre. Certes sans retenir un petit grognement de mécontentement. Il allait devoir remettre sa course à plus tard. Au final, était-ce réellement plus mal ? Peut-être que la vie lui offrait une dernière chance avant de l’enfoncer complètement. « Le problème ? » Il fronçait les sourcils ne comprenant pas exactement de quoi elle parlait jusqu’à ce que son regard se pose sur l’état dans lequel il avait laissé la cuisine, mais surtout le salon. Il n’avait même pas souvenir d’avoir fouillé autant. « Je ne l’ai pas trouvé si ça peut te rassurer. » grogna-t-il simplement en avançant dans la pièce pour refermer les armoires et remettre les choses à leur place. Ses mains tremblaient toujours. Il finit par s’arrêter, il posa ses mains sur le comptoir et ferma les yeux. Il sentait qu’il allait craquer, mais il s’était toujours refusé de s’effondrer devant quelqu’un. « On ne se connait pas beaucoup et je ne veux rien t’imposer. Non, je ne vais pas bien. Mais je vais m’en sortir… » commença-t-il par souffler en relâchant le comptoir pour passer ses mains tremblantes dans son visage. Sa crise ne se calmait pas et il avait du mal à la maîtriser. « Tu peux fermer les lumières s’il te plait ? » demanda-t-il subitement alors que sa respiration s’accélérait et qu’il se dirigeait lentement vers le salon pour s’asseoir au sol.
©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Brie Larson
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 15/09/2018
★ Interviews : 284
★ Shooting :

★ Date de naissance : 01/10/1989
★ Age : 29
★ Situation amoureuse : En couple avec l'interprète du Prince d'Asgard, Roi légitime de Jotunheim & Dieu de la malice

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Lun 12 Nov - 21:40



( Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir × ft RDJ )


Brie n'était pas le genre de personne à avoir des addictions. Malgré qu'elle aille grandis sur différents plateaux tv ou alors avec un micro dans les mains, elle n'était jamais tombée dans la drogue. La jeune femme n'aimait pas la sensation d'addiction et elle aimait beaucoup trop être en contrôle sur son propre corps pour se laisser aller ainsi ! Pourtant, elle en avait vu passer devant elle et encore maintenant. La jeune femme avait parfois l'impression que c'était devenu une banalité dans ce milieu comme un passage obligatoire ! Heureusement qu'elle avait toujours été très bien entourer, car l'adolescente qu'elle avait été aurait très bien pu essayer ... Bien sûr, elle buvait quand l'occasion le permettait et un verre de vin après une grosse journée de travail. Elle connaissait plus ou moins le passer de Robert vis-à-vis de la drogue et tout, cela lui semblait tellement incroyable d'avoir réussi à passer cette mauvaise passe dans sa vie. Brie ne savait pas trop depuis combien de temps qu'elle n'avait pas toujours à cette merde, mais si elle pouvait aider pour que cela n'arrive pas une nouvelle fois alors elle allait aider.

En commençant par ne pas lui laisser le choix que de l'accompagner dans cette maison qu'elle ne connaissait pas, et ça ce n'était pas un mensonge, car elle n'avait jamais mis les pieds ici. C'était même étrange de découvrir cet endroit sans Tom alors que techniquement, c'était chez lui et si elle tombait sur quelques choses qui ne lui plaisait pas ? Non non aucune raison que cela puisse arriver, elle se tourna vers l'acteur leva les yeux en l'entendant grogner : « Ca fera toujours une moitié de plus que moi ... Et où sont passer vos bonnes manières, Monsieur ? ». Elle plaisantait, elle se doutait que ce n'était pas exactement ce dont l'acteur avait besoin mais elle était comme ça. Brie considérait que rire était parfois la meilleure arme contre certaines émotions pas très cool ! Bref vu qu'il du comprendre qu'elle n'allait pas lui donner le choix, il la suivit dans les lieux. L'actrice aurait pu croire qu'un ouragan était passer par là, tous étaient ouverts, absolument chaque étage ou boite ... Tous étaient ouverts ! Comme s'il y avait eu un énorme coup de vent et la jeune femme que ce dis coup de vent n'était autre que Robert. En voyant ça, elle ne pouvais plus retenir ces questions ! Il avait l'air tellement mal au point, il ne vivait pas chez lui et surtout, il avait visiblement cherché quelques choses de précis. Brie connaissait beaucoup trop Tom et Sebastian pour savoir qu'il n'y avait ni drogue et visiblement plus d'alcool dans la maison ! Chose que Robert lui confirma. Venait-il une nouvelle fois de lui grogner dessus ? Genre comme un homme de cro-magnon. Maintenant, elle savait qu'elle n'allait pas quitter les lieux quand de savoir ou était le problème, mais également avant d'avoir pu le calmer un peu. Fronçant les sourcils, elle ajouta : « Tu ne m'imposes rien, c'est moi qui ai demander. Et si tu as besoin, je pense être capable d'écouter ... ». Elle avait envie de rager contre les deux propriétaires de la maison pour l'avoir laissé seul, c'était peu-être ce dont Robert voulait être seul, mais ce n'était clairement pas ce dont il avait besoin. La jeune femme remarqua que les mains de l'Américain était en train de trembler ce qui confirma ce doute qu'il soit en plein effet de manque ! Elle ne comprit pas tout de suite quand il lui demanda d'éteindre les lumières, mais il ne lui expliqua pas et parti vers ce qu'elle se doutait être le salon. L'actrice fit ce qu'il demandait et le rejoignit dans la pièce ! Elle n'aurait jamais pensé voir cet homme dans cet état, il semblait tellement ... Enfin, c'était Robert quoi. Brie retira sa veste et la posa sur le canapé puis sans trop réfléchir, elle retrouva l'acteur au sol ! Il avait su gérer sa crise d'angoisse alors peu-être qu'elle allait pouvoir l'aider aussi. Il lui fallut quelques secondes pour avoir une idée de ce qu'elle allait pouvoir faire pour le soulager ! Alors elle se contenta de s'asseoir en tailleur à ces côtés et elle posa une main sur son avant-bras, juste pour lui faire comprendre qu'il n'était pas seul : « Laisse-moi t'aider ... ». Cette fois, elle espérait que l'Américain n'allait pas lui grogner dessus une nouvelle fois ! L'unique façon de l'aider était de lui dire ce dont il avait besoin.




( Pando )

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 16/09/2018
★ Interviews : 97
★ Shooting :

★ Date de naissance : 04/04/1965
★ Age : 53
★ Situation amoureuse : Marié et cocu, à un avocat près de demander le divorce.

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Mar 13 Nov - 5:06

Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir Lorsque Tony n’était pas d’humeur, il l’exprimait pas certains grognements ou du moins les sons rauques qui s’échappaient de sa gorge s’y rapprochaient fortement. Il pouvait entendre sa petite fille lui dire « t’es fâché papa ? » parce que son entourage savait… Il le connaissait par cœur. Sourcils froncés, voix rauque, détachement… C’était les signes avant-coureur d’un Robert Downey Jr. grognon, en colère et de mauvaise humeur. Elle le taquina sur ses bonnes manières et le brun se contenta de lui lancer un regard noir. Elle ne réalisait pas à quel point elle le dérangeait à l’heure actuelle et lui, il ne réalisait pas à quel point il était chanceux qu’elle se soit retrouvée sur son chemin. Dans son état, Robert aurait très bien pu l’envoyer balader et se rendre au dépanneur du coin, mais il se doutait qu’elle ne l’aurait pas laissé faire. Il y avait quelque chose dans son regard qui avait convaincu l’ex-alcoolique de la suivre à l’intérieur de la maison appartenant à Tom. « Tu venais voir lequel des deux bruns ténébreux ? » demanda-t-il d’une voix basse, mais moins agressive. Ce n’était pas de la faute à Brie si tout allait mal. Mais ce qui aurait pu être une conversation des plus normales bascula lorsque la blonde remarqua le désordre dans lequel Robert avait laissé la maison. Sauf qu’il était trop tard… Même si l’acteur commença à tout ranger dans la cuisine, Brie n’allait sûrement pas lâcher le morceau. Elle avait remarqué directement que ça n’allait pas et ses mains qui n’arrêtaient pas de trembler n’aidaient pas sa cause. Sa crise ne semblait pas vouloir se calmer, au contraire. Elle pouvait se comparer à une crise d’angoisse qui se déclenchait quand il n’allait pas bien, quand il apprenait une mauvaise nouvelle ou quand la nervosité était trop présente… Avant, elles pouvaient arriver sans prévenir, mais depuis quelques années, ça allait beaucoup mieux. Il n’avait pas fait énormément de crises. Quelques fois seulement et heureusement, Susan était avec lui. Là, il était complètement désemparé et ça se voyait dans son visage et dans ses mouvements.

Robert ne savait pas comment soulager sa crise, mais surtout la souffrance qu’il ressentait. Il tenta donc l’une des seules techniques qu’il connaissait. S’asseoir au sol dans le noir. Brie accepta d’éteindre les lumières tandis que le brun avait pris la direction du salon afin de s’installer au sol. C’est sans surprise qu’il fut rejoint par l’actrice quelques instants plus tard. Elle posa sa main sur son avant-bras et immédiatement Robert alla poser sa propre main sur celle de Brie. Il la serra doucement de ses doigts comme s’il cherchait à s’assurer de sa présence près de lui. Elle voulait l’aider. Était-il prêt à se faire aider ? C’était la première fois que quelqu’un d’autre que sa femme le voyait dans cet état. Il n’avait jamais parlé de ces crises de manque à personne. Sauf qu’il était trop tard pour faire croire que ça allait aller. « Ok… » souffla-t-il en tournant lentement la tête vers Brie. Il leva finalement sa main libre vers son propre front. « Je vais devenir fou… » murmura-t-il. Son cerveau cherchait à le corrompre, il lui donnait des fausses indications sur son état. « Je ne sais pas quoi faire… » confia-t-il les yeux presque larmoyants, mais il n’allait pas craquer. Il ne craquait jamais devant autrui. « J’ai rien consommé… Il veut me faire croire que j’en ai besoin… Et… Et… Je ne sais plus… » Il avait finalement lâché la main de Brie pour attraper sa propre tête entre ses deux mains et appuyer fermement sur ses tempes. Sa respiration se faisait de plus en plus rapide tandis que la sueur commençait à perler sur son front. Il avait tout d’un homme en manque alors qu’il n’avait rien touché depuis 13 ans. « J’vais tout perdre Brie. Tout… Mon chez moi, ma maison de prod’, ma femme, mes enfants… ma petite princesse… » Il avait l’air complètement perdu comme s’il ne savait pas exactement ce qu’il disait. Et pourtant, il en était amplement conscient. Sa gorge s’était serrée en parlant de l’enfant qu’il avait élevé comme sa fille. Sa voix avait commencé à trembler… C’était elle qui le mettait dans tous ses états.
©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Brie Larson
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 15/09/2018
★ Interviews : 284
★ Shooting :

★ Date de naissance : 01/10/1989
★ Age : 29
★ Situation amoureuse : En couple avec l'interprète du Prince d'Asgard, Roi légitime de Jotunheim & Dieu de la malice

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Mar 13 Nov - 10:44


( Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir × ft RDJ )

La jeune femme n'aurait jamais imaginé se retrouver face à un Robert au bout du rouleau en débarquant chez Tom, d'ailleurs, elle avait complètement oublié que l'acteur vivait ici depuis quelque temps. Mais maintenant qu'elle l'avait en face d'elle alors Brie se félicitait d'avoir finalement décidé de venir chercher les quelques affaires que son petit ami lui avait demander ! Elle fut ravie de voir que l'Américain ne cherchait pas trop à discuter avec elle et se contenta de la suivre à l'intérieur de la maison. Elle fronça les sourcils en entendant sa question, elle avait pratiquement oublié la raison de sa visite. Se tournant vers lui, elle ajouta : « Techniquement, aucun des deux ! C'est une longue histoire ... ». Ce n'était pas vraiment un mensonge, mais une omission ! L'unique raison qu'elle était là, c'était pour la course qu'elle avait à faire et techniquement elle savait qu'elle n'allait pas croiser Tom et elle n'était clairement pas là pour l'autre ténébreux de la maison. Et puis vu l'état de Robert, elle se disait que ce n'était pas trop le moment de parler de ça enfin d'elle, enfin d'eux ! Et peu-être que Tom préférerait le lui dire, ou peu-être pas ... Ou peu-être elle était une nouvelle en train de se poser beaucoup trop de questions ! Grande spécialité de l'actrice. Puis l'état de la maison lui fit comprendre que l'acteur avait du partir en rechercher d'une bouteille d'alcool dans une bonne partie de la maison et ce fut la raison supplémentaire pour ne plus le lâcher ! Après des années de sobriété, il était hors de question de le laisser sombrer. Encore plus maintenant qu'elle en était consciente. La jeune femme posa quelques questions, mais Robert essaya de les ignorer ou de lui répondre que tous allais bien, sauf qu'à cet instant, il était un très mauvais menteur ! L'état de manque ne devait pas aider à avoir les idées claires et puis elle pouvait comprendre qu'il n'aille pas envie de lui parler à elle. Après tous, comme il l'avait signalé, ils ne se connaissaient pas très bien !

Comprenant que l'état de l'acteur était à son apogée, elle s'empressa d'éteindre la lumière et le rejoignit sans même vraiment y réfléchir dans le salon. Cela lui brisait le cœur de le voir ainsi ! Elle s'assit à ces côtés et essaya de lui montrer son support et qu'il pouvait arrêter de se retenir, elle peut aider ou du moins elle pouvait essayer. Brie se sentit soulager de ne pas se faire rejeter ou d'entendre un énième grognement de sa part. En premier lieu, l'Américaine fut soulagé de savoir qu'il n'avait pas craqué et donc pas d'alcool ni de drogue ! Tous devaient se passer dans sa tête. La main de l'acteur venait de quitter la sienne et semblait vouloir se torturer encore plus. Ensuite, il mentionna les plus gros points de sa vie et elle était encore plus perdu par ce qu'il venait de dire ! Pourquoi donc devrais t'il perdre toutes ces choses, diable pourquoi n'avait t'elle pas questionner un peu plus Tom sur la situation. Brie se déplaça et s'assit en face de l'acteur : « Mais pourquoi voudrais-tu les perdre ? Il n'y a aucune raison pour que cela arrive ... ». Comment pouvait t'il perdre ces enfants ou sa femme ? Avait t'il fait une erreur style infidélité même si ça ne ressemblait pas du tout à Robert. Pourquoi avoir rencontré le couple, l'acteur semblait complètement fou de sa femme alors ça semblait improbable ! Dans tous les cas même en ne sachant pas le fond de l'histoire, il y a bien une chose dont elle était certaine : « Tu sais très bien que rompre ta sobriété ne t'aidera pas ! ». Brie se voulait compatisante, mais elle ne voulait pas être trop gentille non plus ! Elle n'avait jamais été en contact avec une personne en état de manque donc elle improvisait un peu. Ces bras se levèrent pour attraper les mains de l'acteur et le forcer à lâcher sa tête, mais l'action fut compliquer que ce qu'elle voulut le croire, il avait une sacré poigne, mais Brie ne lâcha pas l'affaire ! Le pauvre allait se rendre compte à quel point elle pouvait être têtue quand elle l'avait décidé ... Bordel Tom avait raison, elle était une vraie tête de mule quand elle s'y mettait : « Respire Robert ! Comme tu la dis, c'est dans ta tête ... ». Sa tête qui était en train de lui dire qu'il avait besoin d'alcool alors que ce n'était pas le cas, qu'importe la situation qu'il allait devoir traverser ! Mais pour l'aider complètement alors elle allait avoir besoin d'avoir toutes les informations.




( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 16/09/2018
★ Interviews : 97
★ Shooting :

★ Date de naissance : 04/04/1965
★ Age : 53
★ Situation amoureuse : Marié et cocu, à un avocat près de demander le divorce.

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Mer 14 Nov - 3:34

Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir Une longue histoire ? Dans un tout autre état, Robert aurait sûrement dit qu’il avait tout son temps. Ce qui n’était pas faux. Il s’était éloigné de tout depuis quelques semaines. Heureusement, ses gros tournages de l’année étaient plus tard. Il n’aurait pas été dans un état pour travailler. « Très bien… Un jour peut-être… » Il haussa les épaules. Ce n’était pas que ça l’intéressait pas, au contraire, il aimait bien les ragots, mais il ne sentait pas la meilleure oreille actuellement ! Sauf qu’il avait bien ancré cette information dans le coin de son cerveau et il allait questionner la blondinette lorsqu’il serait en état de le faire. Lui aussi pouvait être têtu lorsqu’il voulait vraiment quelque chose.

À l’heure actuelle, Robert n’avait rien de l’homme que tout le monde connaissait. Cet homme que beaucoup admirait, mais personne ne le connaissait réellement dans l’intimité. Personne ne savait comment il pouvait être difficile à vivre et comment il pouvait s’avérer instable. Ses amis ne voyaient de lui uniquement ce que RDJ désirait leur montrer. Il s’était forgé une image d’homme fort voire insensible, mais dès que les gens tournaient le dos, c’était autre chose. Et il détestait cette partie instable de lui. À chaque fois qu’il pensait que c’était terminé, elle revenait en force pour bien lui montrer qu’elle ne le laisserait jamais. Difficile d’oublier complètement plus de 30 ans de sa vie. 30 ans de débauche dans la drogue, l’alcool et même les armes à feu qui le conduisait aujourd’hui à vivre un faux état de manque dans le salon de l’un de ses meilleurs amis avec une amie qu’il ne connaissait pas énormément. La pauvre pouvait prendre ses jambes à son cou à n’importe quel moment et Robert ne pourrait même pas lui en vouloir. Il n’était pas facile à gérer, il en était amplement conscient. Ses paroles étaient décousues et ne faisaient aucun sens pour quelqu’un comme Brie qui ne connaissait pas les derniers détails. « Je ne veux pas les perdre… » murmura-t-il, les yeux toujours fermés. Sauf que c’était sa décision. C’est lui qui voulait divorcer, car il ne sentait pas assez fort pour pardonner à Susan et faire comme si rien ne s’était passé. Elle ne l’avait pas trompé seulement une fois, elle l’avait fait pendant plus de 4 ans. Sa confiance en elle était détruite à jamais. L’acteur prit quelques secondes avant de réaliser que Brie le tenait par les poignets et tentait de retirer ses mains de ses tempes. Il finit par le faire en laissant tomber lourdement ses mains sur ses genoux et en ouvrant les yeux pour poser son regard dans celui de Brie. Cette dernière était maintenant en face de lui. Il ne l’avait pas même pas entendu se déplacer. Respirer… Oui, c’est ce qu’il devait faire. Il devait se calmer s’il ne voulait perdre connaissance. Sauf qu’à l’heure actuelle, il lui était impossible de contrôler sa respiration. « Tout perdre… » répéta-t-il tandis que sa gorge se noua. L’homme laissa le silence planer quelques secondes avant de reprendre : « Ma… Ma fille… Elle… n’est pas ma fille. » Mon dieu… Il l’avait dit et ça lui avait complètement brisé le cœur. C’était encore pire maintenant. « Susan et moi c’est fini… Je… Je ne peux pas continuer… Je ne peux pas accepter ses tromperies. » confia-t-il finalement à Brie. C’était beaucoup moins dur à avouer que le fait que son enfant n’était pas le sien. « Mais Avri… Je redoutais tellement ce test, je ne voulais plus le faire. Je ne voulais pas savoir. » Il avait à nouveau fermé les yeux afin de retenir ses larmes. Il avait trop pleuré dans les dernières heures. « Qu’est-ce que je suis sensé faire ? » Voilà son cri du cœur. Il ne savait pas quoi faire pour supporter ça, il ne savait pas comment faire pour ne pas se laisser affecter par cette nouvelle et toujours considérer Avri comme sa fille.
©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Brie Larson
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 15/09/2018
★ Interviews : 284
★ Shooting :

★ Date de naissance : 01/10/1989
★ Age : 29
★ Situation amoureuse : En couple avec l'interprète du Prince d'Asgard, Roi légitime de Jotunheim & Dieu de la malice

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Mer 14 Nov - 11:07


( Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir × ft RDJ )


Dans la vie de l'Américaine, il n'y avait à l'heure actuelle qu'une seule chose plus importante que sa carrière et c'était sa famille. Et sa famille n'était pas très grande pour le moment, car elle ne se compose que de sa mère, de sa sœur et de son neveu ! Mais pour ces trois personnes, elle aurait été capable de retourner le monde. D'ailleurs, elle l'avait un peu fait il y a quatre ans et cet homme-là devait encore s'en souvenir ! Elle pouvait être un peu effrayante quand elle s'y mettait heureusement ça n'arriva pas très souvent, d'ailleurs heureusement pour un certain Anglais. En tout cas, ça démontrait que sa famille s'était quelques choses dont il ne fallait pas toucher ! Quand Robert lui demanda qui elle venait voir aujourd'hui et qu'elle se contenta d'une réponse plutôt vague alors elle fut soulager de voir qu'il ne cherchait pas à en savoir plus. Elle aurait eu du mal à trouver ces mots et la situation serait devenu encore plus bizarre même s'il allait falloir qu'elle récupère tout de même les quelques affaires de Tom et qui était l'origine de cette visite. Mais ça allait attendre, car avant ça, elle voulait essayer autant qu'elle le pouvait d'aider son ami !

Brie s'était retrouvé assise en tailleur sur le sol du salon, elle n'avait même pas pris le temps de regarder la pièce, car elle en aurait largement le temps une fois que Robert aurait calmé sa crise et elle espérait vraiment qu'il allait y arriver ! Et pour ça, elle allait faire tout ce dont il avait besoin dans la limite du résultat bien sûr. Mais d'abord, elle allait besoin de plus d'infos vis-à-vis du pourquoi l'acteur se sentait si mal car Brie était complètement perdue face à ces révélations ! Il n'y avait aucune raison pour que l'Américain ne perde sa famille à ces yeux, enfin il y a bien une chose qu'on ne peut pas perdre c'était sa famille. Ou alors ça voulait dire qu'il avait fait une chose horrible, vraiment horrible. Ces mains étaient restées fermer sur les poignets de son ami, mais sa poigne se relâcha quand il lâcha le pourquoi il était si mal au point ! Sa fille n'était pas sa fille ? Attends comment cela pouvait t'il être possible ? Cette petite fille était le portrait de son père et Robert en était en plus de ça complètement digue. Malheureusement, il ne s'arrêta plus de parler et Brie découvrit donc toute l'histoire ! Elle était sur le cul et finalement heureusement qu'elle était déjà assise sur le sol. Que dire ? Comment l'aider ? Elle n'était pas mère alors elle avait beaucoup de mal à imaginer ce qu'elle ressentirait si on lui retirerait son enfant ! Au mal-être qu'elle ressentirait ... Et en plus, elle ne parlait plus à son propre père depuis plus de dix ans. Elle passa ces mains dans ces cheveux et respira un bon coup , posa ensuite celle-ci sur le genou de l'acteur : « Tu vas être le papa de cette petite fille, car c'est ce que tu es ... ». Brie avait du mal à croire que la femme de l'acteur avait oser faire une chose pareille et surtout comment avait t'elle fait pour vivre avec ça pendant visiblement des années vu que Robert avait parler de tromperie au passer ! Susan avait fait quelques choses d'impardonnables, mais Avri n'avait pas à souffrir des erreurs de sa mère et au passage perdre son père, car c'est ce qu'il est. Elle fronça les sourcils : « Je ne peux pas imaginer ce que tu rescens, mais ... Robert, tu es le père d'Avri. Tu la élever depuis qu'elle est toute petite, tu t'es lever la nuit quand elle avait peur ... Tu as toujours été là pour elle. ». Bien sûr, que les liens du sang, mais il a parfois bien plus que ceux-ci. Il semblerait qu'un divorce allait avoir lieu et donc Robert allait devoir être impeccable sinon il risquait d'avoir du mal à avoir la garde de ces enfants ! Brie avait du mal à imaginer qu'une femme avait pu faire ça à l'homme qu'elle aime et à ces propres enfants. Elle avait déjà fait un léger écart une fois et la culpabilité l'avait ronger pendant des mois alors comment Susan avait pu se regarder dans un miroir sans se donner envie de vomir ! Brie se rapprocha un peu plus de son ami et posa ces deux mains sur ces épaules ce qui le fit releva son regard : « Tu vas te battre ! Tu vas faire regretter à Susan ce qu'elle a fait, car c'est elle qui a fait ces erreurs et non toi. Et pour ça, tu vas devoir rester sobre. ». L'histoire était tellement compliquée et elle comprenait pourquoi Robert était si mal et pourquoi il était sur le point de craquer ! Une chose est sur ,Brie ne buvait pas particulièrement, mais si quelques choses pareil lui arrivait alors c'était sûr qu'elle aurait craquer sur une bouteille ou même plusieurs.





( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 16/09/2018
★ Interviews : 97
★ Shooting :

★ Date de naissance : 04/04/1965
★ Age : 53
★ Situation amoureuse : Marié et cocu, à un avocat près de demander le divorce.

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Jeu 15 Nov - 3:03

Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir Robert n’aurait jamais pensé pouvoir descendre encore plus bas. Il avait la sensation que d’apprendre les tromperies de sa femme serait la pire chose qu’il pouvait lui arriver. En fait, c’était pire. Il ne l’avait pas uniquement appris, il l’avait surprise en pleine partie de jambes en l’air en rentrant quelques jours plus tôt des reshoots d’Avengers 4. S’il avait suivi son planning, il ne l’aurait jamais su et elle serait encore en train de lui jouer dans le dos. Parfois, il se demandait ce qu’il préférait. Même si Tom lui avait bien fait comprendre qu’il valait mieux qu’il l’ait découvert, Robert en doutait parfois… Il avait tellement mal. Il n’aurait pas cru que ça pouvait être pire et pourtant ce l’était. Robert avait réalisé dans les dernières semaines qu’il pouvait vivre sans sa femme. Il avait même réussi à aller un peu mieux la dernière semaine et à retrouver le sommeil. Et là cette nouvelle venait de l’achever. Il cligna plusieurs fois des yeux en fixant Brie qui lui affirma qu’il allait être le père d’Avri, car c’est ce qu’il était. L’homme déglutit. « Susan va me l’enlever… » murmura-t-il. C’était une certitude. Elle voulait la garde des enfants et elle allait utiliser le test contre Robert. Donc même si Robert voulait jouer son rôle de père auprès de sa petite fille, il ne pourrait pas. Attentivement, Robert écoutait son amie. Il n’avait pas lancé un cri du cœur pour ne pas écouter les conseils de l’actrice. Il se doutait qu’elle ne pouvait pas comprendre. Et c’était un avantage devant la situation, car elle était impartiale. RDJ avait baissé la tête et il avait commencé à jouer nerveusement avec ses doigts. Maintenant qu’il l’avait dit, il avait senti une légère pression glisser de ses épaules. Il avait quelqu’un avec qui échanger. C’était mieux qu’une bouteille d’alcool. L’acteur releva la tête vers son amie lorsqu’elle posa ses mains sur ses épaules. Il le fixa dans les yeux alors qu’elle semblait déterminée. Elle voulait qu’il se batte et qu’il fasse regretter à Susan ce qu’elle lui avait fait. Sauf que Robert n’était pas quelqu’un de méchant, il n’avait même pas envie de lui faire du mal. Il aurait seulement voulu qu’ils s’entendent à l’amiable, mais elle ne voulait pas. Dès qu’il avait parlé de divorce, elle avait dit qu’elle lui prendrait les enfants. Elle n’avait même pas hésité et il avait su à son regard qu’elle était sérieuse. « Rester sobre… » répéta-t-il comme un enfant perdu. Sa respiration n’était plus aussi rapide, mais le tremblement de ses mains n’avait pas arrêté. « J’ai appelé mon ancien dealeur… » confia-t-il en se sentant complètement idiot. « Il a refusé… J’étais à deux doigts de rendre les armes. » Il avait été faible sur ce coup. Malgré la honte, il avait voulu l’avouer à Brie pour qu’elle comprenne à quel point il avait été proche. « Je ne sais pas si je vais avoir la force de me battre… Je ne sais même pas si je vais avoir la force de regarder encore ma fille dans les yeux après ça. » Ce n’était pas de la faute de la gamine, mais Robert n’était pas certain d’y arriver. Sa paternité était ébranlée et pourtant, il l’appelait encore « sa fille ». C’était la preuve qu’il n’arriverait jamais à complètement se détacher d’elle. Elle avait peut-être que 4 ans, mais il était tellement attaché à ce petit humain qui lui ressemblait de plus en plus. Du moins, c’est ce qu’il avait cru, mais elle faisait uniquement prendre ses habitudes. Son plus grand plaisir dans la vie était « d’imiter papa ». Un long soupir s’échappa de ses lèvres. « Elle refuse le divorce. Me prendre les enfants, c’est sa vengeance. La garde partagée n’est même pas une option pour elle. » La tristesse semblait laisser peu à peu place à la colère. « Et cette foutue addiction lui donne toutes les cartes en main. Même si je ne replonge pas, elle a gagné d’avance. Elle va parler des crises de manque, des sautes d’humeur, de mon instabilité… Quel juge confirait des enfants à un homme comme moi ? Même une semaine sur deux. » Sa gorge s’était à nouveau nouée sur le coup de l’émotion.©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Brie Larson
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 15/09/2018
★ Interviews : 284
★ Shooting :

★ Date de naissance : 01/10/1989
★ Age : 29
★ Situation amoureuse : En couple avec l'interprète du Prince d'Asgard, Roi légitime de Jotunheim & Dieu de la malice

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Jeu 15 Nov - 22:33


( Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir × ft RDJ )

La jeune femme n'avait jamais pensé à avoir des enfants ou en tout cas pas depuis un moment, elle avait dû sentir que son ex n'était plus la bonne personne pour ça quand il avait commencé à lui mettre la pression vis-à-vis de sa carrière qui prenait trop de place dans leurs vies. Inconsciemment, Brie avait dû comprendre qu'il n'était l'homme qu'elle avait besoin ! Après des années de galère comment pouvait t'il penser qu'elle allait mettre sa carrière entre parenthèses maintenant que tellement de porte s'ouvrait devant elle. Et dire que pour cet homme, elle aurait pratiquement refusé le rôle de Captain Marvel ! Heureusement qu'elle avait ouvert les yeux en temps et en heures ou du moins à un moment donner, car finalement, elle avait été plutôt longue à comprendre. Brie peut être longue à comprendre ou à admettre les choses, mais quand c'est fait alors elle a ce besoin incroyable d'agir tout de suite ! Voilà pourquoi elle s'était séparé d'Alex juste quelques heures après avoir ouvert les yeux. Elle n'était pas lunatique, non, juste longue à la détente ! Bref, on s'est écarté du sujet. N'aillant pas d'enfant, elle avait besoin de mal à imaginer à quel point Robert devais souffrir de la situation ! Déjà, car la femme qu'il avait épousée et qu'il aimait l'avait trahi pendant des années, mais aussi, car il risquait de perdre ces enfants. Ou en tout cas, il était effrayé par l'idée de perdre la garde de ces enfants. D'une certaine façon, elle pouvait comprendre ça même si pour Brie, il était hors de question que cela puisse arriver !

Brie ne voulait même pas envisager le fait que l'acteur puisse perdre sa fille ou même ces enfants et il était hors de question de laisser cette femme faire une chose pareille ! La jeune femme avait eu un père absent, et même si elle était tout de même une personne saine et posé, n'empêche qu'elle avait beaucoup souffert de la façon dont son père avait juste baisser mes bras. Elle ne voulait pas imaginer que cela pouvait arriver aux enfants de Robert ! Brie fronça les sourcils quand il lui avoua avoir appelé son dealer. Premièrement car cela voulait dire que l'américain avait vraiment été sur un point de non-retour mais également qu'elle aurait pu tomber sur un homme comme ça chez son propre petit ami. Mais finalement, elle fut soulager d'entendre la suite ... Brie lui fit un très léger sourire : « Un dealer honnête ... C'est bien la première fois que j'entends ça ! ». Elle avait pratiquement envie d'appeler cet homme pour ne pas avoir "craquer" et de ne pas avoir livrer sa marchandise à Robert ! La jeune femme se sentait de plus en colère contre Susan. Elle ne l'a connaissait qu'à peine mais elle était en train de détruire une famille et peu-être même des enfants ! Comment peut t'on faire ça ? Elle ajouta calmement : « Ce n'est pas à toi d'avoir honte mais à Susan et ta fille est bien trop jeune pour savoir. Il va falloir la protéger ! Donc tu vas bouger tes fesses et protéger TA fille des erreurs de sa mère. ». C'était ce qu'avait fait sa propre mère d'une certaine façon ! Quand son père avait baisser les bras alors sa mère avait pris la place des deux parents et surtout elle avait pousser Brie à réaliser ces rêves d'enfant ... Rêve qui était devenu son métier. Bien sûr, elle imaginait qu'un jour, il faudrait expliquer à Avri toute l'histoire, mais pour le moment, il fallait protéger son âme d'enfant ! C'est l'une des choses les plus précieuses et la petite fille allait en avoir besoin surtout si ces parents divorçaient. Et pourquoi cette femme lui refusait t'il le divorce ? Elle ne pouvait pas être amoureuse ... Sérieux, on ne trompe pas l'homme qu'on aime pendant des années. Brie se releva et commença à faire les cent pas ! L'idée que Robert puisse perdre ces enfants l'énervait quelque peu ... Elle marcha pendant quelques secondes tous en marmonnant des paroles à elle-même puis ajouta : « Et tu crois qu'un juge sage d'esprit donnerait la garde exclusif à une femme qui a fait preuve d'adultère pendant des années et qui en plus de ça l'a tromper sur sa propre paternité ? Je n'y crois pas ... Je ne veux pas y croire ! ». Brie continua de marcher un peu puis alla rapidement vers la cuisine, elle n'eut pas de mal à trouver un verre vu que tous les portes de placard étaient ouverte. Elle servit de l'eau dans celui-ci et puis revint auprès de l'acteur, posant le verre à côté de l'acteur ! Elle prit quelques secondes avant d'ajouter : « Ca fait des années que tu n'as pas touché à la drogue et ce n'est pas une chose compliquée à prouver ! Ensuite, si elle parle de tes crises et bien qu'elle le fasse ... Qui pourrait croire une femme qui a mentit pendant des années ! ». L'actrice était pour une garde partagée, c'était ce qu'il y avait de plus sains pour des enfants. Avoir leur père et leur mère même si c'était séparément ... Avec un peu d'intelligence alors tous pouvait être bien organiser ! Brie aurait aimé que Tom soit là à cet instant, en fait elle aurait aimer qu'il soit là en permanence, car il était toujours de très bon conseil également.







( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★ The Fame ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 16/09/2018
★ Interviews : 97
★ Shooting :

★ Date de naissance : 04/04/1965
★ Age : 53
★ Situation amoureuse : Marié et cocu, à un avocat près de demander le divorce.

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Ven 16 Nov - 3:20

Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir Un dealeur de drogue honnête ça existait. Robert aurait cru que son ancien ami aurait sauté sur l’occasion de se faire de l’argent. À une certaine époque, il aurait même profité de ce moment de faiblesse pour lui faire payer le double voire le triple. Pourtant, il l’avait complètement envoyé sur les roses et au fond, c’était mieux comme ça. Robert ne lui en voulait même pas et il faudrait qu’il le remercie. « À une certaine époque, il ne l’était pas. Tout le monde évolue. » ajouta-t-il en pinçant les lèvres. Il ne savait pas exactement pourquoi il lui avait confié ce détail… Il était sans doute dans un état de lucidité où il mettait toutes les chances de son côté afin de ne pas replonger. Lorsqu’il était en pleine crise, il oubliait ses bonnes promesses et il se jetait sur ses vices. Il se disait que si son entourage savait, ça irait… C’était peut-être complètement fou de se fier autant aux autres, mais il lui serait impossible de gérer tout ça seul. Il n’avait jamais réussi. Il avait fallu qu’il soit viré d’une série télévisée et qu’il fasse un séjour en prison pour finalement comprendre qu’il était allé trop loin. Il avait fallu 5 ans de sevrage, rechute, sevrage pour finalement réussir à combattre cette horrible addiction. Il avait fallu qu’il s’entoure du meilleur personnel médical pour y arriver. Seul, il n’aurait pas pu. C’était exactement la même chose avec la cigarette. Il était seul et il n’arrivait pas à arrêter. Il n’avait pas nécessairement la force nécessaire tout seul. Il avait peur de perdre tout ce qui lui restait si jamais Susan partait avec les enfants. Heureusement, Robert la savait attaché à Los Angeles, car il l’aurait su capable d’aller à l’autre bout des USA. « Ce n’est pas ma fille. » Il avait répondu du tac au tac lorsque Brie lui avait affirmé qu’il devait se battre pour Avri et immédiatement la culpabilité gagna son visage. Il regretta ses mots. « Mais je ne peux pas la laisser partir. Je ne peux pas. Sans elle, sans eux… Je n’ai plus aucune raison de vivre. » Il le pensait réellement. Il lui resterait, certes, sa carrière, mais ce n’était rien à côté de ses enfants. Il adorait son métier, mais il pouvait vivre sans. Or, vivre sans ses enfants, c’était impossible. L’homme la suivit du regard lorsqu’elle se leva, mais ne bougea pas. Néanmoins, sa crise commençait à se calmer. Il respirait beaucoup mieux. Ses mains tremblaient toujours, mais c’était moins perceptible que les minutes d’avant. L’acteur attrapa le verre d’eau tendu par son amie et la remercia d’un signe de la tête. « Tu le penses vraiment ? … » C’était comme s’il ressentait un maigre espoir renaître en lui. N’ayant jamais parlé du procès à venir, Robert s’était laissé envahir par ses pensées négatives. « Tu crois qu’il y a quelque chose à faire ? Je dois utiliser le résultat du test d’Avri contre Susan c’est ça ? C’est la seule manière de prouver ses adultères. Sinon c’est sa parole contre la mienne. » Il avait encore une chance. Tout n’était peut-être pas perdu. Le résultat de son test était horrible, mais il allait peut-être lui servir à gagner sa cause… « Dans tous les cas, même si… Je ne suis pas son père biologique, je le suis sur son certificat de naissance… » Il pinça à nouveau les lèvres. Susan ne pourrait pas utiliser la tactique du « ce n’est pas son père » pour garder Avri, car elle avait fait mettre son nom à lui sur le certificat. Aux yeux de la loi, il était son père… Et même s’il allait avoir du mal à accepter la tristesse vérité, il se sentait déjà plus motivé à le faire que quelques minutes plus tôt. Finalement, Robert prit une longue gorgée du verre d’eau avant de le poser au sol. « Je ne la comprends pas… C’est elle qui a ruiné notre couple et elle agit comme si j’étais l’unique fautif. Je sais que j’ai ma part de responsabilité, qu’indirectement je l’ai poussé dans les bras d’un autre… Mais pourquoi elle me fait ça ? » Pourquoi cherchait-elle à le détruire ? Il ne comprenait pas. Brie ne pourrait pas lui répondre, il en était inconscient. « Je suis vraiment désolé de t’embêter avec tout ça. Tu as sûrement tellement mieux à faire. » Il soupira doucement. Elle n’était pas ici pour l’écouter se plaindre de ses problèmes.©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Brie Larson
★★ Membre du mois ★★
★ Arrivé(e) à L.A le : 15/09/2018
★ Interviews : 284
★ Shooting :

★ Date de naissance : 01/10/1989
★ Age : 29
★ Situation amoureuse : En couple avec l'interprète du Prince d'Asgard, Roi légitime de Jotunheim & Dieu de la malice

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ Sam 17 Nov - 18:20


( Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir × ft RDJ )

Brie n'avait jamais eu de contact avec un dealer et elle pouvait affirmer que ça n'arriverait jamais. Mais elle était soulagée finalement de savoir que celui de Robert, c'était finalement acheter une consciente depuis le temps ou l'acteur avait arrêter de consommer ce genre de bêtise ! La jeune femme avait beaucoup de mal à imaginer l'acteur en tant que drogué principalement, car elle l'avait toujours connu sobre et qu'il semblait toujours dans un contrôle parfait de sa personne. Mais après tous si elle était capable de s'enfermer derrière un mur de sentiment pourquoi l'américain ne le serait pas aussi ! Elle était douée pour cacher ces émotions et peu-être qu'elle avait trouver plus doué qu'elle à ce petit jeu. Puis, elle eut envie de le secouer et de lui hurler dessus par ce qu'il venait de lui dire ... Avait-il vraiment osé ? Comment pouvait-elle lui faire comprendre que les liens du sang n'étaient pas les plus puissants par moment. Et que malgré ça, la petite fille restait sa fille ! Brie aurait aimé que son propre père se soit battue un peu plus pour elle ou pour sa sœur et elle imaginait qu'il devait s'en mordre les doigts à l'heure actuelle alors il était hors de question que Robert fasse la même chose. Les enfants, c'est ce qu'il y a de plus important dans la vie d'une personne : « Tu ne les perdras pas si c'est ce dont tu veux alors ça n'arrive pas ! ». Brie était persuadée qu'un père aimant était aussi important qu'une mère et qu'un juge ne pourrait pas juger l'acteur sur ces erreurs passer d'il y a plus de dix ans ! La jeune femme déposa le verre d'eau et se rendit compte que c'étaient quelques choses qu'elle avait fait régulièrement en ce moment. Tant que le verre ne finissait pas sur sa tête comme son cher et tendre avait fait il y a pas si longtemps alors ça l'arrangeait ! Puis, elle lui parla à cœur ouvert de ce qu'elle pensait qu'il se passerait si divorce il y avait : « Je ne suis pas le genre de personne à dire des choses qu'elle ne pense donc oui ... Je le pense ! ». Pour Brie, celle qui risquait d'avoir des problèmes à avoir la garde de leurs enfants, c'était Susan. De son point de vu, c'était elle qui avait fait les erreurs qui avaient conduit le couple à un divorce. « Et bien, je pense que si elle utilise ces résultats alors elle se met dans une situation complètement impossible ! Cela prouve ces infidélités et ces mensonges ... »

Brie eut envie de se mettre à sauter de joie quand Robert fini par dire que même s'il n'était pas le père biologique d'Avri alors aux yeux de l'Etat, il l'était et que donc personne ne pouvait lui prendre ça ! Elle lui lança un large sourire, heureuse de voir que finalement, il n'avait eu besoin que d'un petit coup de pouce pour comprendre ça. C'était sûrement la découverte de l'information qui l'avait rendu fou, mais que finalement malgré tous ... Il était son papa ! L'actrice réfléchit pendant quelques secondes à ce qu'il venait de dire, comment une femme pouvait t'il faire tous ça ? Mais surtout pourquoi faire comme si c'était Robert qui était celui qui avait tous fait de travers : « Je crois que je ne pourrais pas vraiment te répondre ! Peu-être qu'elle ne pensait pas se faire pincer. ... Et finalement, elle ne veut sûrement ne pas te perdre. Alors c'est la seule solution qu'elle aille trouver ». Elle resta silencieuse quelques instants, comment tourner ce qu'elle voulait dire : « Je pense qu'au moment où tu trompes ton partenaire alors ça veut dire que ... quelques choses cloche dans cette relation ! Peu-être que finalement, elle n'est pas la bonne personne pour toi.». Brie savait que c'était compliquer d'ouvert les yeux sur ça, il lui avait fallu tellement de temps pour comprendre que son ancienne relation n'était pas bonne. Ensuite, elle se souvenu le pourquoi elle était présente dans cette maison ! Finalement, elle avait pratiquement oublié qu'elle était censée récupérer certaines petites choses : « Tu ne me déranges pas au contraire, je me félicite d'avoir été là à ce moment-là ». Heureusement qu'elle avait décider de venir ce jour-là sinon elle imagine que Robert aurait retrouvé ce dont il avait besoin à cet instant ! D'ailleurs vu que la conversation se détendait un peu, Brie en profita pour regarder la pièce. Ce n'était pas si mal pour une maison de gars. La jeune femme s'était imaginé quelques choses de bien différents, d'ailleurs, elle se mit à penser à voix haute : « La garçonnière n'est pas si mal que ça pour une maison de mecs ! ». Tom savait qu'elle avait surnommé cette maison ainsi. Et même s'il l'avait un peu rassuré sur les aller/retour qu'il pouvait s'y passer alors elle n'avait pas arrêter pour autant de l'appeler ainsi.




( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ

Revenir en haut Aller en bas
 
Écouter la douleur, c'est déjà l'adoucir || BRIE&RDJ
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La douleur de la montagne.
» La douleur s'efface [PM] [ avec Faith]
» La Musique que vous aimez écouter ?
» Parfois, la douleur est si forte qu'on finit par la laisser gagner. [Poulpe d'♥/Night/Perroquet]
» Ne pas écouter les on-dit [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FATE OF STARS :: CITY OF ANGELS :: Venice Beach :: Quartier résidentiel-
Sauter vers: