AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur FOS
Pensez à voter régulièrement pour les Top-Sites par ICI qu'on attire encore plus de membres
Merci d'essayer privilégier les groupes "The Fame" et "Look What You Made Me Do" qui sont délaissés si possible
Rejoignez-nous sur le discord de FOS par ICI
La chasse à la citrouille est toujours d'actualité sur le forum 21 citrouilles à trouver avec à la clé un rang personnalisé

Partagez | 
 

 Heaven is a place on earth. Feat. Eliza

Aller en bas 
AuteurMessage
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bob Morley
★ A moment like this ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 21/06/2018
★ Interviews : 424
★ Shooting :

★ Age : 33
★ Date de naissance : 20/12/1984
★ Situation amoureuse : commence à voir la lumière

MessageSujet: Heaven is a place on earth. Feat. Eliza Lun 10 Sep - 19:29

Il fallait que tout ce méli-melo mental cesse, dès aujourd'hui. Bob s'était senti troublé par les multiples bouleversements qui traversaient son existence ces derniers mois. Arryn, d'abord. Aujourd'hui, l'Australien n'était plus responsable de sa conduite... des spécialistes la surveillaient et l'obligeaient à se soumettre à un traitement. Parfois quand ses pensées voguaient sur ce terrain dangereux, Bob frissonnait en imaginant Arryn vêtue d'une camisole de force entrain de hurler de toutes ses maigres forces, en prise avec des infirmiers trois fois plus imposants qu'elle. Comment pouvait-il oser savourer sa liberté en sachant qu'il avait envoyé son ex dans une cellule bétonnée digne d'une prison ? Comment pouvait-il se regarder dans une glace ? Dans ces moments-là, des lueurs de folie semblaient prendre le contrôle de l'âme de l'acteur... mais il parvenait à se résonner, toujours. Parfois, il lui semblait qu'Arryn l'avait... infecté. Mais non... bien sûr, ce n'était pas possible... Et concernant son ex, il n'avait pas le choix. Alors, il se répétait que c'était la seule solution, que c'était ce qu'il y avait de mieux pour elle et qu'il s'il y avait eu la moindre alternative, il l'aurait saisie. Durant des années, Bob a essayé de l'aider seul, et cela n'a jamais fonctionné. A présent, des personnes compétentes prendraient soin d'elle, contre sa volonté, certes, mais pour son bien. Arryn avait cherché à l'appeler plusieurs fois, mais depuis la rupture, Bob ne répondait plus à ses appels. Le leader de the 100 se sentait bien trop mal face à tout ceci. C'était comme si... bien que séparés... son ex disposait toujours d'une certaine emprise sur lui, et ses émotions. Et le mieux, c'était triste à dire, mais c'était de l'oublier. Définitivement. C'est pourquoi Bob voyait beaucoup ses amis dernièrement et qu'il avait prévu de rendre visite à sa famille en Australie d'ici peu de temps. Mais pour ce soir, il comptait accorder toute son attention à une seule et unique personne qu'il n'avait pas vue depuis au moins un millénaire. Et cela le soulageait, de savoir qu'il n'avait pas tout perdu dans cette histoire. Complotant avec Lindsey, Bob s'est arrangé pour avoir les clefs de leur appartement et concocter une petite soirée romantique, à la sauce italienne, agrémentée de succulents spaghetti à la carbonara. Spécialité du brun, contrairement à sa compatriote qui a tendance à les brûler... Même si la blondinette s'acharnera sans doute pour toujours à clamer le contraire. Néanmoins, jamais il n'irait lui avouer que chaque bouchée est une torture. Puisqu'après tout, elle est tout ce qu'il désire, cette jeune femme. Vêtu d'un smoking élégant, mais simple (ensemble noir, chemise blanche, et pieds nus à la tahitienne) le trentenaire se sent dans son élément. Dans une cuisine, certes, mais surtout parce qu'il peut maîtriser tout ce qu'il fait, à la minute prêt. Gentleman, il a dressé une table digne d'un film romantique, en jonchant le chemin de table de sable blanc et des bougies ici et là. Pour l'ambiance, il laisse tourner un disque de The Week-end, en léger fond sonore. À présent, il n'a plus qu'à attendre... le coeur battant. L'appréhension le tenaille, ils n'ont pas encore discuter de leur relation et ce sera probablement la soirée pour le faire. De plus, il espère qu'elle appréciera la surprise, et qu'il n'en a pas "trop fait". D'après un texto de Lindsey, il lui reste quelques minutes... Alors c'est vers la fenêtre qu'il se dirige, pour prendre un peu l'air, accoudé sur le garde-fou, son regard brun détaillant la ville. A la nuit tombée, et à cette hauteur, Los Angeles est un spectacle magnifique. Enfin, Bob entend le loquet de la porte se déverrouiller, puis la porte étendre son bras grinçant, tel un hôte... Respire. Bob se retourne pour faire face à Eliza, et d'un coup, toute la pression semble se défaire de lui pour s'envoler tel un oiseau par la croisée. Les laissant tous les deux dans le salon. " Salut. " simple murmure. Bob n'a pas prononcé le moindre mot de l'après-midi, cela doit s'entendre, à sa voix plus grave et profonde qu'à l'accoutumée. " Si ça peut ta rassurer... J'ai bel et bien vidé les poches d'un cocaïnoman pour dresser le chemin de table. Je me suis dis qu'on pourrait sniffer tous les deux pour le dessert... j'ai pensé que ce serait romantique. " Bob s'approche soigneusement de l'actrice, d'un pas, puis d'un autre, comme si un pas de travers et il tombait dans les flammes de l'Enfer. L'humour pas très certain, mais un léger sourire aux lèvres, il espère que son initiative ne fera pas fuir son invitée en courant. Contrairement à ce que tout le monde pense, Bob manque de confiance en lui. Ce n'est pas de sa faute, il n'est pas né avec un ego surdimensionné. A présent, l'acteur est face à sa partenaire à l'écran qu'il trouve décidément sublime en toute circonstance. " Surprise ... ? " il hausse un léger  sourcil, autant qu'il espère juste que ça lui fera plaisir. Et le tendre regard mordoré qu'il plonge dans le sien, doit bien l'exprimer. Bob parle trop, sans doute... C'est qu'il n'a pas l'habitude de tout ça avec Eliza, en plus de cela. L'envie de s'emparer de ses lèvres se fait pressante, soudaine... et presque, douloureuse. Si Bob s'écoutait, Eliza serait déjà contre un mur, lui sur elle, leurs vêtements au sol, à profiter de la soirée d'une toute autre manière. Depuis le temps qu'il en rêve. Néanmoins, un repas les attend... et ils ont une discussion à avoir. " On s'installe ? " propose-t-il en se reculant, pour aller lui tirer la chaise à table, avec le sourire, bien sûr. " Je tiens à dire que j'ai tout fait moi-même. Et j'espère que tu trouveras ce repas à ton goût. Dans le cas contraire, je me vexerai. " Bob est plutôt fier pour le coup, il a bien le droit de s'en venter un peu auprès de l'Australienne non ? Et à son oreille, le ton charmeur, d'autant plus. Bob a un petit côté séducteur de temps en temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★ We are the world ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 18/06/2018
★ Interviews : 1481
★ Shooting :

★ Age : 28
★ Date de naissance : 29/10/1989
★ Situation amoureuse : Officiellement, son histoire avec William est terminée, depuis peu. Officieusement, ne perdez pas votre temps, elle est déjà prise par un crétin d'Australien (mais c'est le sien, alors ça compense !)

MessageSujet: Re: Heaven is a place on earth. Feat. Eliza Mer 12 Sep - 13:40

Heaven is a place on earth.
Bob & Eliza

 
Tu es ma façon préférée de passer le temps. Mais le temps dure longtemps quand tu m’occupes l’esprit.
A quelques jours des vacances entre filles tant attendues, Eliza ne traînait pas. Elle profitait d’être encore en Amérique, pour voir certains de ses amis, qu’elle ne pouvait voir que dans ce pays, avant que la reprise du tournage ne sonne, et la voit retourner au Canada. Bien entendu, dans le même temps, elle s’efforçait de préparer ses affaires pour le séjour prévu en Australie. Etre occupée l’arrangeait bien, lui permettant de fuir la culpabilité qui l’étreignait par moment, quand elle repensait au mal qu’elle avait pu faire à William. Elle se réconfortait, en se disant que tout était pour le mieux, pour lui comme pour elle. Aujourd’hui, la blonde avait été déposé son chien Bowie chez Devon, ancien acteur de « The 100 », avec qui elle était en contact, malgré le fait qu’il ne tournait plus dans la série. Ca serait plus pratique pour elle de ne pas avoir son adorable chien dans les pattes, pour les vacances. Profitant de l’occasion d’être avec Devon, l’Australienne avait passé de longues heures en sa compagnie, à parler de tout et de rien, comme avant. Elle n’était d’ailleurs pas partie, sans lui extirper la promesse qu’il vienne, à la fête qu’Eli organisait avec l’aide d’Alycia, afin de rassembler l’ensemble de l’équipe de la série.

C’était avec un grand sourire aux lèvres qu’elle ouvrit la porte du loft qu’elle partageait avec Lindsey et Marie. Elle s’attendait d’ailleurs à voir l’une des deux, ayant entendue de la musique filtrer à travers la porte, mais fut des plus étonnée en réalisant son erreur : pas de traces d’une de ses coloc’, mais plutôt d’un Australien. « Qu’est-ce… ? », lâcha-t-elle, intriguée, coupée dans son élan par le salut du brun. « Hum… Salut. ». Encore trop surprise pour parvenir à penser rationnellement, son regard balaya la pièce, permettant à son cerveau de commencer à assembler les pièces du puzzle, de la surprise organisée par le Morley. Ca avait l’avantage d’expliquer les quelques SMS que Lindsey lui avait envoyé, afin de l’inciter à rester encore un peu plus avec Devon, ou de savoir aussi quand elle comptait rentrer. La blonde ne s’était pas posée trop de questions, sur le coup, mettant cela sur le fait que son amie était sans doute chez elles, avec sa conquête du moment, et ne voulait pas être dérangé avant un moment. Se débarrassant de son sac à main, qui se retrouva sur le canapé, l’actrice lâcha un rire amusé, face à la connerie lancée par son collègue. Levant les yeux au ciel, elle afficha un air dépité, en lui faisant savoir que : « Jolie attention, j’apprécie, mais tu sais qu’il y en a à peine pour moi, là ? ». Il n’avait pas le monopole des blagues débiles, si ? Elle hocha positivement la tête : ça, pour être surprise, elle l’était, et pas qu’un peu. « C’est adorable d’avoir fait ça, merci. », ajouta-t-elle, ne voulant pas se contenter d’un simple hochement de tête, l’attention de Bob méritant un peu plus que cela. Même si le grand sourire qu’elle arborait ne laissait pas de doute sur la manière dont elle percevait la surprise. Ses yeux, quant à eux occupés à détailler son confrère, indiquaient clairement qu’elle le trouvait – pour ne pas changer – des plus attirants. Toutefois, ça lui faisait penser à une chose, qu’elle ne tarda pas à faire savoir à Bob, qui venait de la convier à prendre place autour de la table. « Bon, dans ce cas, si c’est trop mauvais, c’est heureux que je sois une aussi bonne actrice alors ! », plaisanta-t-elle, non sans malice. Bien entendu, elle ne pensait pas cela du tout ! Et même si ça devait s’avérer mauvais, la blonde n’en dirait rien : oui, les papilles ont étrangement tendance à s’avérer conciliantes, en fonction de la personne qui a cuisiné ! Finalement, la blonde fit savoir que : « Par contre, si ça ne te dérange pas, j’aimerai aller me changer rapidement. Je fais un peu tâche, par rapport à toi ! ». Elle n’était pourtant pas habillée comme un sac à patates, mais avec son t-shirt à l’effigie d’un groupe de musique, et son mini short en jean, elle ne se sentait pas forcément en phase avec une telle surprise. Et oui, on peut le dire, elle voulait juste pouvoir se faire belle pour Bob, Eli étant une fille comme les autres, après tout, même si elle n’était pas du genre à en faire des tonnes. Comme pour s’excuser de délaisser quelques minutes l’Australien, la blonde alla l’embrasser rapidement (c’était bien plus sage ça, un repas les attendait, après tout), avant d’en profiter pour lui souffler la promesse de faire au plus vite.

En effet, elle ne traîna pas, revenant auprès du Morley, une petite dizaine de minutes plus tard, juste le temps pour elle d’enfiler une petite robe sans fioriture. Mais elle l’aimait bien, notamment pour ses couleurs estivales, et le fait qu’elle était jolie sans faire trop habillée. Elle avait dénouée ses cheveux, qui avaient été jusqu’alors coiffés en une queue de cheval faite à la va-vite, plus dans le but de ne pas avoir trop chaud à cause de sa crinière, que pour un quelconque souci esthétique. Elle aurait pu s’amuser à se maquiller, mais ça, ça avait déjà été fait bien plus tôt, et comme ça a été dit : Eliza n’était pas de celles à se prendre la tête, préférant opter pour un côté plus naturel, que peinturluré à l’excès. « Voilà, comme ça, on est raccords ! », dit-elle en rentrant dans le salon, prête à déguster le repas concocté par le brun. « J’espère que t’as pas profité de mon absence pour tout sniffer, je ne te le pardonnerais jamais sinon ! », fit-elle savoir, taquine, tout en se dirigeant vers la table, observant la décoration de celle-ci.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bob Morley
★ A moment like this ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 21/06/2018
★ Interviews : 424
★ Shooting :

★ Age : 33
★ Date de naissance : 20/12/1984
★ Situation amoureuse : commence à voir la lumière

MessageSujet: Re: Heaven is a place on earth. Feat. Eliza Sam 29 Sep - 14:35

Heaven is a place on earth.
Bob & Eliza

 
Tu es ma façon préférée de passer le temps. Mais le temps dure longtemps quand tu m’occupes l’esprit.
On ne va pas se mentir, Bob s'est mis la pression pour ce soir. Il joue gros. Il joue Eliza. En quelque sorte. Après tous ces mois à se tourner autour, à rôder comme un loup affamé autour d'elle alors qu'ils étaient en froid, à l'aimer en secret à s'en éclater la poitrine, à jalouser ses petits-amis qui montaient la barre toujours plus haut... à rater les occasions et à faire des pas de travers. Ce soir, tout peut changer, et l'Australien en a pleine conscience. Peut-être qu'après avoir autant fantasmé cette relation, cette dernière ne sera pas à la hauteur ? Ce sont des questions qu'il se pose, et c'est naturel, car Bob est quelqu'un qui envisage toujours le pire, tout en priant pour le meilleur. C'est pourquoi, le surfeur met toutes les chances de son côté pour que le rendez-vous se passe au mieux, qu'ils retrouvent leur complicité, leur plaisir à être ensemble, leur envie d'être proche et tout ce qui peut caractériser deux personnes saines d'esprit qui souhaitent se donner une chance. Un one shot sur la longue durée. Enfin, la sublime compatriote du jeune homme entre dans le salon, l'humour se fait sentir, d'un côté comme de l'autre. Les sourires s'éveillent et la pression si volatile de l'Australien disparaît le temps qu'ils sont ensemble, et qu'elle plonge ses pupilles aux couleurs de l'eau australienne dans les siennes. C'est naïf de dire une chose pareille, mais c'est le regard bleu d'Eliza qui lui fait se sentir en sécurité, et si libre d'exister et d'être lui-même. Avec elle, pas de faux-semblant. " T'inquiète, j'ai des sachets en réserve. D'ailleurs, j'en ai mis dans ta chambre, si tu veux aller vérifier... " énonce l'acteur, sans gêne aucune, le sourire lupin. Eliza le connaît, elle sait qu'il est très porté sur les plaisanteries. Et avec elle, d'autant plus, surtout si ça a un rapport avec une chambre spacieuse, ou un lit bordé de draps fins. Oui, bon c'est un mec, et il ressent la terrible envie de lui sauter dessus. Donc forcément, ça ressort dans son choix de mots. Consciemment ou non, c'est une autre question. Eli évoqua alors le fait qu'elle pourrait aisément mentir s'il s'avère que le plat de Bob n'est pas à la hauteur de ses papilles gustatives. " Bonne bonne... T'as pas encore gagné l'oscar que je sache, si ? " la taquine Bob en retour, sans se laisser démonter la moindre seconde, ni par ailleurs sans pouvoir s'empêcher de rire. Se moquer cela permet de se détendre, et puis ça lui fait du bien de l'emmerder, la blondinette. Ça lui rappelle pourquoi il l'aime : c'est une de ses cibles favorites. A vrai dire, lorsqu'elle se situe dans son champ de vision, le brun a du mal à prendre conscience que d'autres personnes sont autour d'eux, ou même tout simplement à se concentrer sur quelqu'un d'autre. Eli a cette capacité étrange d'accaparer toute l'attention de son compatriote sans qu'elle n'ait à faire le moindre effort. Le repas semblait un peu trop standing pour la tenue de la jeune femme (vêtue en sexy rockeuse ? ça ne dérangeait pas Bob, pour sûr, mais il la laissa faire comme bon lui semblait.) C'est pourquoi, elle s'éclipsa dans sa chambre, non sans passer pour autant par la case Bob, lui dérobant un tendre baiser, ayant un goût prononcé de trop peu. Bob était chaud comme la braise quand la blonde se trouvait trop proche de lui physiquement alors il préféra ne pas la suivre dans ses appartements plus intimes. Il était sûr que dans pareil cas leur discussion serait reportée et ce n'était pas le but principal de la soirée. Sagement, il mit un couvercle métallique sur la casserole de pâte pour conserver le plat au chaud et alla sagement se caler dans le canapé du salon, allumant la première chaîne qui tomba sur la télévision via une télécommande. Un documentaire sur les koalas. Il y avait moyen de faire des donations en envoyant un SMS ou en passant un coup de fil. L'acteur envoya une somme généreuse par sms. Après tout, le cachet qu'il avait reçu pour la série lui permettait ce genre d'impulsion caritative. Enfin Eliza revint. Et Bob n'était pas prêt.


Certes, il la voyait souvent se faire belle pour les panels, ou les soirées auxquelles ils étaient régulièrement conviés... Mais il lui sembla qu'il la voyait pour la première fois. A cette minute, il n'y avait plus de plus belle femme sur Terre à ses yeux, que cette sublime blonde face à lui. C'est pourquoi un sourire tendre accompagné d'un regard subjugué - et presque intimidé - lui échappa. Elle parla avant qu'il ne puisse se remettre les idées en place. " Je ne suis pas d'accord. Maintenant c'est moi qui ne suis plus à la hauteur. Enfin, je vais pas te sortir la cravate, après on n'a pas fini. " rit l'acteur, en inclinant la tête, il disait n'importe quoi. C'était sans doute cette apparition sublissime d'Eliza qui lui avait mis la langue à l'envers. Bob n'est pas encore habitué à tout ceci entre eux. Tout ce jeu de séduction, et cette envie de plaire à l'autre. " Tu es magnifique en tous cas... Ça me change, par rapport à la crasse et la boue sur tes costumes que j'ai le loisir de contempler d'habitude. " la taquinerie reprend, parce que l'acteur est ainsi : impitoyable. Et qu'il se voyait mal s'arrêter à la première phrase. Il n'est pas très doué concernant les compliments mais semble être un génie dans l'art d'emmerder le monde. Néanmoins, il souhaite tout de même lui faire comprendre qu'elle est à son goût, alors certaines allusions se répandent par-ci par-là au fil de la conversation. " C'est toi que je vais manger. Si mes pâtes sont trop répugnantes. " ajoute l'acteur, comme s'il plaisantait, alors qu'il pensait bien chacun de ses mots. Bob est très franc et direct. Parfois ça peut faire fuir. Mais il essaye toujours d'y ajouter des soupçons de sourire et une pincée de ton comique pour que tout ceci passe au mieux. " Et si .. j'ai tout sniffé. mais j'en ai remis pour que tu n'y vois que du feu. " Bob lui fit un clin d'oeil amusé, le sourire toujours en place. Clairement de plus en plus de bonne humeur, se sentant bien. Bob découvrit la casserole pour servir son invitée, une bonne plâtrée enfumée, aux odeurs alléchantes et tentatrices. Néanmoins, ceci ne devait pas dévier l'acteur de son objectif. " Eliza... faut qu'on parle... je pense qu'il est temps..." Bob se la jouait cérémonieux, dans l'allure, autant que dans le son de sa voix, pour une question d'humour, sans doute. Son amie (?) devait bien le lire dans son regard malicieux. Il laisse un bref silence s'installer, profitant de ce moment pour plonger son regard brun dans celui piqué des vagues de l'océan de la jeune femme face à lui. " Tu m'as embrassé tout à l'heure vois-tu... mais... j'ai pas bien senti... tu pourrais recommencer ? C'est pour la science. " Bob souriait doucement, presque aussi lentement que le débit qu'il venait d'employer, dévoilant ses quelques dents bien blanches de diablotin. Mais c'était Eliza aussi, elle lui faisait ressentir tellement de choses, et le poussait à sortir de ses sentiers battus. C'était indescriptible. Ce n'est pas du tout son genre d'être "passionné" du moins, pas de cette manière, ni même hors de son contexte de travail... Mais les faits étaient là : plus que tout, il voulait l'embrasser tendrement et passer la nuit auprès d'elle. Pas forcément pour faire ce que vous pouvez imaginer que deux personnes adultes peuvent faire animées par les pouvoirs d'Aphrodite, mais tout simplement pour profiter d'une proximité physique entre eux. D'être au plus près quoi. C'est normal non quand on aime quelqu'un et qu'on a l'impression qu'une barrière a longtemps été érigée entre la personne que l'on aime et soi-même ? 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★ We are the world ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 18/06/2018
★ Interviews : 1481
★ Shooting :

★ Age : 28
★ Date de naissance : 29/10/1989
★ Situation amoureuse : Officiellement, son histoire avec William est terminée, depuis peu. Officieusement, ne perdez pas votre temps, elle est déjà prise par un crétin d'Australien (mais c'est le sien, alors ça compense !)

MessageSujet: Re: Heaven is a place on earth. Feat. Eliza Mar 2 Oct - 17:22

Heaven is a place on earth.
Bob & Eliza

 
Tu es ma façon préférée de passer le temps. Mais le temps dure longtemps quand tu m’occupes l’esprit.
Prise au dépourvu, la blonde n’en avait pas perdu son sens de l’humour. C’était impossible pour elle, de toute façon, quand elle se retrouvait face à Bob. Ils pouvaient être pires que des gamins, une fois réuni. Et la récente évolution de leur relation n’avait rien changé, même s’ils ne s’étaient pas revus aussi souvent qu’ils l’auraient désirés l’un comme l’autre. D’autant moins qu’ils n’avaient pas été très chanceux. Les cieux s’étaient apparemment mis en tête d’œuvrer, pour les déranger, dès qu’il aurait pourtant été préférable de les laisser tranquille. Que ce soit aussi bien parce qu’ils commençaient une conversation sérieuse et nécessaire, ou parce qu’un rapprochement plus physique se profilait. Chose qui expliquait très certainement le soupçon de gêne qui entravait certaines de leurs actions, et qui va faire des siennes un petit moment encore, ce soir. Par chance, leur capacité à dire des bêtises et à renchérir sur celles de l’autre, était toujours là. Un sourire s’installa sur les lèvres de l’Australienne, en entendant la dernière invention du brun qui lui faisait face. « Quel talent, tu es réellement très prévoyant ! ». Nul ne peut douter que l’actrice est toujours dans le registre de la connerie, et qu’il n’y a donc rien d’autre à détecter dans ses propos quant à l’éventuelle destination du duo, si la soirée se prolonge. Il faut admettre que pour l’instant, elle n’en est pas encore à penser consciemment à cela, ayant encore du mal à croire qu’il ait bien organisé une telle surprise pour elle. Faussement vexée qu’il ose remettre en doute ses talents d’actrice, elle écarquille les yeux, boudeuse. Toujours par jeu, elle fini par déclarer « Pourtant, je le mérite. J’ai bien réussi à jouer la surprise en arrivant ici. Alors que je suis habituée à ce qu’un beau gosse m’attende ici avec un repas surprise ! » levant exagérément les yeux au ciel, soulignant la routine de la chose pour elle. « Ca m’arrive une fois par semaine, au bas mot ! », renchérit-elle, sans chercher à dissimuler la malice qui l’habitait.

Enfin changée, elle ne s’attarda pas dans sa chambre, ne cherchant pas à se refaire une beauté. Certaines pourraient considérer ça comme un faux-pas. Ca n’était pas dans ses habitudes, d’en faire trop. Et elle savait qu’il n’était pas dans son intérêt de trop en faire, elle risquerait de se mettre à trop réfléchir sur cette soirée, ce qui pourrait ou pas en découler, et en concevoir de lourdes attentes. Leurs dernières entrevues l’avait habituée aux mauvaises surprises, désormais, elle préférait ne plus rien envisager, et juste profiter de l’instant présent. En réalité, la seule chose qu’elle espérait sincèrement, c’était retrouver Bob. Savourer des instants passés avec lui, retrouver leur complicité d’autrefois, qui avait été terriblement mise à mal ces derniers mois. Rien que ça, déjà, ça serait suffisant pour la Taylor-Cotter. Bien entendu, cela n’enlevait à rien son envie de plaire au brun, bien au contraire. Aussi ne parvint-elle à s’empêcher d’esquisser un sourire, empreint de fierté, devant la réaction de Bob. Ou plutôt, le temps qu’il lui fut nécessaire, pour réagir, et qui valait plus qu'un long discours. Son sourire resta sur son visage, alors qu’elle leva de nouveau les yeux au ciel, quand il mit sur le tapis les costumes qu’elle portait pour incarner Clarke. « Merci, mais je te trouve de mauvaise foi : ces costumes me donnent un petit côté super sexy ! », parvint-t-elle à glisser, amusée, n’en pensant pas un traître mot, cela dit. Sauf en ce qui concernait la partie où elle remerciait le brun du compliment qu’il avait pu lui faire, un peu plus tôt. Cela leur ressemblait bien plus, de continuer à plaisanter de la sorte, que de se montrer trop ouvertement séducteurs et sérieux. Ses sourcils se haussèrent, presque provocateurs, lorsqu’il confessa qu’il pourrait la choisir comme repas, au cas où celui qu’il avait concocté n’était pas à la hauteur. Ca n’était pas vraiment une possibilité qui déplaisait à la blonde, comme l’attestait la moue qu’elle fit par la suite. Répondre lui fut impossible, Bob enchaîna bien trop vite pour cela. Ce qui n’était pas un mal, Eli n’aurait même pas su quoi répondre. « C'est ce que je disais, tu es prévoyant ! », lâcha-t-elle, amusée. C’était pourtant nouveau, de connaître ça avec lui, mais elle était à l’aise. Bien plus qu’elle n’avait pu l’être avec ses autres petits amis, au début de ces relations. Cela venait sans doute du fait que leur relation était déjà forte depuis un moment. L’attention de la blonde se détourna de l’Australien, lorsque celui-ci découvrit la casserole, laissant l’odeur du met s’y trouvant se diffuser dans la pièce. Si l’actrice se fit la réflexion qu’elle avait faim, cette pensée ne tarda pas à s’évanouir de son esprit assez rapidement. Pour parvenir à un tel résultat, il suffit juste à Bob de réclamer un autre baiser, d’une façon typiquement « Morley ». Elle aurait pu se laisser duper et croire qu’il allait lancer la conversation sur un registre sérieux, mais connaissant trop bien son compatriote, elle ne s’y attendait pas vraiment, la lueur amusée de son regard étant sans équivoque. Elle laissa échapper un rire, sincèrement amusée de cette demande. « Puisque la science l’exige… », fit-elle savoir, magistrale, à croire que son destin ne pouvait aller contre une telle requête, des plus primordiale. Son sourire ne la quitta pas, tandis qu’elle s’approchait du Morley. Ca n’était pourtant pas la 1ère fois qu’elle s’apprêtait à l’embrasser, mais c’était différent, ce soir-là. Il ne fallait pas être un génie pour le sentir. Mais ça n’empêchait pas Eliza de se montrer joueuse, au point de s’éloigner quelque peu du brun, une poignée de secondes avant que leurs lèvres ne se rencontrent enfin, après avoir noué ses bras autour de son cou. Ce jeu ne dura cependant pas longtemps, la blonde ne pouvant s’infliger une telle frustration plus longtemps. Pas plus qu’elle ne parvint à résister à son envie de laisser ses mains se perdre dans les cheveux du brun. Ils ne faisaient rien d’autres que de s’embrasser, et c’était pourtant suffisant pour que le palpitant de l’Australienne s’affole. Celui-ci « respirait » enfin, depuis quelques jours, après avoir passé des mois à presque agoniser, face à sa propriétaire et au brun, qui ne cessaient de s’entre-déchirer.

A l’issu du baiser, les bras toujours autour du cou de Bob, la jeune femme le fixa en poussant un soupir, les yeux pétillants d’une connerie qui ne tarda pas à être oralisée. « C’est marrant, c’était mieux, avant. » Elle prit exagérément un air déçue, que son grand sourire ne tarda pas à démolir. « On va dire que c’est parce que j’ai plus faim des pâtes que de toi ! », argua-t-elle, haussant les épaules, en allant prendre place à table, suite à quoi elle ajouta « Pour l’instant. » Bob n’était pas le seul à s’amuser à avoir de telles réplique, bien que la blonde prenait un malin plaisir à les sortir d’une voix un peu plus basse que pour s’exprimer en général ! « Un peu de sérieux ! », pesta-t-elle faussement, « Je dois me mettre dans la peau de la nana qui s’apprête peut-être à déguster des pâtes très mauvaises mais qui doit faire croire qu’elles sont délicieuses à… » Elle s’interrompit soudainement, prenant une moue songeuse, pour finalement poursuivre, les yeux fixés sur Bob, tenant son menton de sa main, son bras posé sur la table, le coude replié. « Je sais pas, t’es quoi, pour moi, maintenant ? » Et elle esquissa un sourire, assumant de mettre les pieds dans le plat. Au cours de leurs dernières entrevues en tête-à-tête, ils n’avaient pas forcément cherché à définir quoi que ce soit, cherchant juste à profiter de se retrouver, parlant de tout et de rien, s’embrassant à l’occasion. Ils ne s’étaient que peu retrouvés seuls, pour ne pas forcément avoir l’envie d’avoir une conversation aussi sérieuse. « Tu verras que je mérite mon oscar, comme ça ! ». Sa conclusion. Pour atténuer le sérieux de ce qu’elle avait amorcé un peu plus tôt. Parce qu’elle n’avait pas plus envie de se prendre la tête aujourd’hui que les fois précédentes, bien qu’elle voulait qu’ils puissent mettre enfin les choses au clair, un jour. Ce soir, ça serait l’idéal, à ses yeux. C’était d’ailleurs la véritable raison qui l’avait poussé à ne pas embrasser de nouveau Bob, même si elle en mourrait d’envie. Mais ils ne pourraient plus se voir avant un long moment, de par les vacances à venir, alors Eli voulait vraiment profiter de la soirée. Ca devait être la raison qui avait poussé Bob à préparer ce repas, n'est-ce pas ?

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bob Morley
★ A moment like this ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 21/06/2018
★ Interviews : 424
★ Shooting :

★ Age : 33
★ Date de naissance : 20/12/1984
★ Situation amoureuse : commence à voir la lumière

MessageSujet: Re: Heaven is a place on earth. Feat. Eliza Dim 7 Oct - 11:32

Heaven is a place on earth.
Bob & Eliza

 
Tu es ma façon préférée de passer le temps. Mais le temps dure longtemps quand tu m’occupes l’esprit.
Leur conversation, à tous les deux, n'a rien de sérieuse. Les deux Australiens entrent dans un jeu de surenchère sur la connerie, et si personne n'y met un terme, ceci n'en finira guère avant le lever du jour. " Qu'est-ce que tu crois ? Je sais à qui je veux plaire. " rétorque néanmoins le barbu, un sourire presque fier aux lèvres, en lui faisant un clin d'oeil. Eli continue alors sur sa lancée, c'est qu'elle est tellement bien partie que Bob ne peut pas se résoudre à l'arrêter. D'autant plus qu'il n'en ressent pas la moindre envie. Eliza est beaucoup trop drôle ainsi, lorsqu'elle est de bonne humeur. Et d'humeur malicieuse. " Tout ce que je vais retenir, c'est que tu as dis que je suis un beau gosse. " Bob apprécie le compliment indirect, tant d'ailleurs qu'il passe sa main dans sa chevelure de jais si douce au toucher, avec toute la vanité du monde concentrée dans ce simple geste. Puis, réellement peu imbu de sa personne, il ne peut retenir son rire éclatant. La discussion se poursuit, sur les costumes de la blondinette. Avec ferveur, elle défend leur aspect sexy. Et Bob approuve, exagérément du chef, rentrant dans son jeu. " Oh oui tout à fait. Toute cette boue sur toi, c'est vraiment... hot. " quoi que... en vérité... même s'il se moque ouvertement, l'Australien est toujours attiré par la jeune femme face à lui vêtue de ce style de tenue. Davantage pour l'aspect "bad girl" que "crade girl" néanmoins. Enfin, Bob en vient à demander, pour la science, un baiser de l'actrice. Son coeur bat la chamade lorsqu'elle s'approche de lui, plantant son regard des plus suaves dans le sien, il la trouve à croquer, pour vrai. Plaçant ses mains douces de femme dans la jungle de ses bouclettes, il profite de l'instant et la laisse reculer son doux visage sans trop maugréer. Il sait qu'elle joue avec lui, avec cette feinte, mais il n'attend qu'une chose : qu'elle dépose enfin ses lèvres contre les siennes et qu'ils s'embrassent pour de vrai. Et c'est ce qu'elle fait. C'est la fête nationale dans le coeur du brun, il sourit sensiblement, se sentant entier, se sentant vivant. Laissant aller tout son corps contre celui de l'actrice, la plaquant bien évidemment contre le rebord de la table du salon. Il la serre plus fort dans ses bras, approfondissant également le baiser d'une manière plus... caliente. C'est que lorsqu'Eliza l'embrasse, le désire s'enflamme et prend possession de tous ses sens, mettant derrière les barreaux sa poignée de neurones qui voudrait bien faire avancer leur discussion de la plus haute importance. Alors qu'il commençait clairement à avoir les mains baladeuses, Eliza met fin à l'étreinte. Au grand dam de Bob qui ne savait même plus pour quelle raison ils devaient s'arrêter. La phrase d'Eliza ne put que faire redescendre Bob sur terre, en le faisant rire. Néanmoins, il fit semblant d'être offensé. " Ah-ah-ah vraiment hilarant. Tu as fait l'école du cirque toi non ? Ou non mieux, tu es née comme ça ? " Bob même s'il semble se plaindre, est plus que ravi de la personnalité d'Eliza. Elle est fraîche et amusante. D'où le sourire qui se dessine sur les lèvres du brun. " Je vais te les mettre dans la tête les pâtes si tu continues comme ça. " la menaça Bob, levant ostensiblement son index, sans pouvoir s'empêcher de rire. Il n'oserait pas... On l'espère. Puis la jeune femme poursuit sur le fait qu'elle doit se concentrer, pour faire semblant d'apprécier le plat. Bob hausse un sourcil, faussement outré, encore une fois. Néanmoins sa dernière phrase le laisse quelque peu... sur les fesses. Il ne s'attendait pas à autant de franchise d'un coup. Pour autant, il ne fut pas déstabilisé, du moins pas plus de quelques secondes. " Une pâte délicieuse à la carbonara. Voilà exactement ce que je suis pour toi, mademoiselle Eliza Taylor-Cotter. " tout en s'asseyant souplement sur sa chaise, à table, Bob vient d'esquiver la question avec brio, il faut tout de même l'admettre. Mais même si un sourire s'est frayé sur ses lèvres, son regard est... songeur dans celui de la blonde face à lui. Puis... il soupire. " Je pense que tu sais ce que je veux que tu sois pour moi. Tu as juste à décider. La balle est dans ton camp. " Bob ne se mouillait pas trop, faut le dire. Mais il n'a pas envie de mettre la pression à la jeune femme. Certes, il en est amoureux. Et même complètement dingue. Mais rien que de la retrouver en amie, c'est déjà un pas en avant gigantesque. Alors si elle ne se sent pas de se lancer dans une relation sentimentale avec lui, il l'acceptera sans trop se sentir... anéanti. Du moins, au début, probablement. Ensuite l'envie d'obtenir davantage deviendra sûrement beaucoup trop dévorante pour qu'il ne devienne pas quelque peu hargneux. Enfin, nul besoin, à l'instant, de partir en conjectures hâtives. Un pas après l'autre. Galamment, comme toujours, il la sert puis se sert également par la suite. Goûtant à ses pâtes qui sont cuites parfaitement. Vraiment. Bob sait lire et exécuter une recette de A à Z comme un chef. Hourra. " Alors ? Elles sont bonnes, avoue ? " le petit sourire goguenard aux lèvres, tout en buvant une gorgée de son verre de Pellegrino, l'Australien s'amuse plutôt bien pour le coup. Même si le sujet de discussion est pentu, et pourrait carrément dériver dans la chute libre du haut du centième étage. Mais pas de pression, il y a de l'eau à table, si jamais il manque de s'étouffer.  
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
★ We are the world ★
★ Arrivé(e) à L.A le : 18/06/2018
★ Interviews : 1481
★ Shooting :

★ Age : 28
★ Date de naissance : 29/10/1989
★ Situation amoureuse : Officiellement, son histoire avec William est terminée, depuis peu. Officieusement, ne perdez pas votre temps, elle est déjà prise par un crétin d'Australien (mais c'est le sien, alors ça compense !)

MessageSujet: Re: Heaven is a place on earth. Feat. Eliza Ven 12 Oct - 15:34

Heaven is a place on earth.
Bob & Eliza

 
Tu es ma façon préférée de passer le temps. Mais le temps dure longtemps quand tu m’occupes l’esprit.
Ca lui avait manqué, à Eliza, de plaisanter comme ça avec Bob. Alors elle savourait cette légèreté, et la réactivité mutuelle à réagir aux conneries de l’autre. Voir un Bob séducteur et faussement prétentieux, ça paraissait con, mais ça faisait plaisir à voir à la blonde. Même si elle s’amusait à lever les yeux au ciel, apparemment consternée de voir une telle scène. « Tu vois, c’est exactement pour ça que j’évite de te le dire trop souvent !  » Comme si c’était uniquement pour ne pas voir son compatriote faire son fanfaron, qu’elle ne lui disait pas régulièrement qu’il était séduisant. Quelques mois encore en arrière, ça aurait été des plus étranges qu’elle le lui fasse savoir. Maintenant, par contre, c’était une autre histoire. « Ne t’avises même pas de songer à me tartiner de boue, un jour, pour voir si ça me va aussi bien que ça va à Clarke ! », s’inquiéta-t-elle, avec un petit sourire dénotant l’amusement qui était le sien. Cependant, une partie de son esprit craignait que Bob n’envisage réellement une telle chose, tant l’Australien était friand des blagues en tout genre. Il fallait toutefois reconnaître qu’elle n’était pas forcément mieux sur ce point-là…

Il avait fallu que la blonde fasse appel à son self-control afin de mettre un terme à ce baiser, et s’arracher ainsi des bras du Morley. Entreprise loin d’être aisée, alors qu’elle se sentait à sa place, contre lui, et que l’envie de ne pas en rester là était présente, chez l’un comme chez l’autre. Elle tenait toutefois à faire honneur au repas qu’il avait pris soin de leur concocter. Et d’une certaine manière, elle préférait que le duo se « reconnecte », déjà sur un registre plus intellectuel/amical, que de passer aux choses plus sérieuses. Et peut-être qu’elle avait aussi besoin de savoir qu’ils étaient sur la même longueur d’onde, concernant l’état de leur relation actuelle. Les deux Australiens présentant un indéniable talent pour les quiproquos en tout genre, elle ne tenait franchement pas à ce qu’ils retombent dans un tel cycle. Au fond, elle avait aussi un peu peur qu’il ne vienne à regretter d’avoir mis un terme à son histoire avec Arryn. Arryn et Bob avaient partagés beaucoup de choses, au fil de leurs années de vie commune, avant que leur histoire ne prenne une tournure plus sombre. Peut-être subsistait toujours en Bob, un attachement envers son ex, du moins, celle qu’elle peut être, loin de ses crises de violence. Eli s’efforçait de ne pas penser à cela, de ne pas laisser cette infime partie de son esprit, rempli de doutes, s’exprimer trop fortement. Au cours de leurs entrevues, Bob n’avait pas paru regretter la situation, et la blonde lui faisait confiance : ils s’étaient faits involontairement bien assez de mal, durant les derniers mois, pour ne pas prendre le risque de reproduire les mêmes erreurs, actuellement.

L’actrice ne perdait pas son sourire, face au Morley, qui réagissait à la petite boutade qu’elle lui avait glissée à l’issue de leur baiser. « Je suis née comme ça mais j’ai peaufiné mon talent en faisant l’école du cirque ! » Elle leva les yeux au ciel, feignant d’être navrée que le brun ne la connaisse pas mieux que ça, pour être ainsi à la ramasse quant à son cursus scolaire. « Tu tiens vraiment à déclencher une bataille de pâtes ? » La question était légitime, la blonde ne laisserait pas « impuni » le fait de se retrouver la tête dans le plat. A se demander où étaient les adultes, car pour l’instant, on se retrouve surtout face à deux grands gamins. La jeune femme ajouta quelques mots par la suite, avec en tête, l’envie de savoir où ils en étaient. Et bien entendu, la réponse de Bob ne manque pas d’humour, même si Eli ne s’était pas attendue à cela. Elle ne fut en mesure de répondre qu’après un léger temps de silence : « C’est vrai qu’il y a de la ressemblance ! », en observant, exagérément, à tour de rôle, le cuisiner de la soirée, et le plat de pâtes qu’il avait préparé. « Laisse-moi deviner : du basilic, pour sublimer le goût de la pâte que tu es ? », proposé-t-elle, avec humour, continuant sur la lancée amorcé par l’acteur. Evidemment, elle faisait l’imbécile, comprenant ce qu’il tâchait de dire, ainsi que le montra le petit hochement de tête qu’elle lui adressa par la suite, affichant un air des plus sérieux. « Merci. », dit-elle, après qu’il l’eut servi. Elle ne tarda pas à goûter aux pâtes, affichant un air qui ferai pâlir d’envie les critiques gastronomiques. A la question de Bob, elle posa sa fourchette, fronça les sourcils, et pencha la tête sur le côté, comme si elle cherchait les mots justes. « Ca va, c’est pas trop mauvais ! », admit-elle, avec un grand sourire aux lèvres qui montrait bien que c’était plus « bon » que « moyen » en réalité. Non sans perdre sa malice, elle nuança même ses propos, d’un « J’attends aussi de voir le dessert, si dessert il y a ! ». Il faut noter que l’Australienne, en grande gourmande, imaginait assez difficilement un repas, sans le terminer par une note sucrée. Mais l’essentiel de sa phrase tenait surtout à la chute, qu’elle ne tarda pas à apporter : « C’est en effet avec un repas qu’on peut voir ce qu’un mec vaut comme petit-ami. » Oui, elle venait bien sous-entendre que ce repas lui servirait à déterminer si Bob « méritait » le statut de petit-ami. Alors qu’en réalité, ce choix était déjà fait, même si ça n’en avait pas été un réellement, mais plutôt la suite logique de leur relation, de l’évolution qu’elle avait récemment connue. Et comme dans une tentative de rendre sa phrase moins obscure, si celle-ci avait pu l’être pour le Morley, l’interprète de Clarke chercha à savoir : « T’as soudoyé qui, pour préparer tout ça ? » Il n’avait que l’embarras du choix, après tout, entre Marie qui était sa meilleure amie, et Lindsey, qui était l’une de ses plus proches amies. Il fallait bien que la blonde remercie l’aide qu’il avait pu recevoir, même si, dans quelques jours, cette aide, elle risquait fortement de la mépriser. Autant qu’elle mépriserait celui qui lui faisait face, en cet instant précis.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Heaven is a place on earth. Feat. Eliza

Revenir en haut Aller en bas
 
Heaven is a place on earth. Feat. Eliza
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EVENT ST-VALENTIN] The happiest place on earth ⊱ PV Hans ♥
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FATE OF STARS :: CITY OF ANGELS :: Beverly Hills :: Quartier résidentiel-
Sauter vers: